Soupçons d'ingérence russe dans la présidentielle américaine: La CIA maintient ses accusations

MONDE Le président Donald Trump avait relayé ce samedi les dénégations de Vladimir Poutine sur les accusations d’ingérence russe dans la campagne américaine…

20 Minutes avec AFP

— 

Le directeur de la CIA Mike Pompeo à Washington, le 19 octobre 2017.

Le directeur de la CIA Mike Pompeo à Washington, le 19 octobre 2017. — Carolyn Kaster/AP/SIPA

La réponse du berger à la bergère. Quelques heures après que Donald Trump a relayé ce samedi les nouvelles dénégations de Vladimir Poutine, le directeur de la CIA Mike Pompeo a lui maintenu ses accusations d’ingérences russes dans la campagne électorale américaine.

« Les conclusions n’ont pas changé »

« Le directeur soutient, comme il l’a toujours fait, le rapport de janvier 2017 » des services de renseignement sur l’ingérence russe dans l’élection présidentielle américaine, a indiqué la CIAdans un communiqué transmis à la chaîne CNN quelques heures après des déclarations du président américain semblant donner raison à son homologue russe.

« Les conclusions des services de renseignement en ce qui concerne l’ingérence de la Russie n’ont pas changé », ajoute ce communiqué, publié par la chaîne.

« Il m’a dit qu’il ne s’était absolument pas mêlé de notre élection »

Donald Trump a longuement mis en avant ce samedi les dénégations de Vladimir Poutine sur ces accusations, laissant entendre, après l’avoir rencontré au Vietnam, qu’il le pensait sincère.

« Il m’a dit qu’il ne s’était absolument pas mêlé de notre élection », a expliqué le président américain après la brève rencontre avec son homologue russe à Danang, au Vietnam, en marge d’un forum régional.

Ces accusations d’ingérence sont des « absurdités », a de son côté martelé le maître du Kremlin lors d’une conférence de presse.

« Le président ne dupe personne »

Les déclarations de Donald Trump ont suscité la colère de plusieurs élus démocrates, notamment le représentant Adam Schiff, qui a affirmé dans un communiqué que « le président ne dupe personne ».

« Il sait que les Russes sont intervenus », notamment en piratant les compte e-mail d’Hillary Clinton et en montant une campagne sur les réseaux sociaux pour aider le républicain, a-t-il affirmé dans un communiqué.

« Il sait qu’il a gagné sur le fil du rasoir et qu’il a perdu au nombre de voix », a ajouté le représentant démocrate.