Twitter interdit en Chine? Trump s’en moque et tweete sur sa «soirée inoubliable»

DIPLOMATIE Le président américain en visite en Chine a publié ce mercredi son premier tweet depuis Pékin…

20 Minutes avec AFP

— 

Donald Trump avec le président XI Jinping à Pékin le 8 novembre 2017.

Donald Trump avec le président XI Jinping à Pékin le 8 novembre 2017. — Andrew Harnik/AP/SIPA

« Au nom de la première dame Melania et moi-même, MERCI pour cette après-midi et cette soirée inoubliables dans la Cité interdite, président Xi et madame Peng Liyuan ». Quelques heures après avoir visité l’ancienne résidence des empereurs à Pékin en compagnie de son homologue chinois Xi Jinping, le président américain Donald Trump n’a pas pu résister à la tentation d’utililser son outil de communication préféré : Twitter.

« Nous sommes impatients de vous retrouver demain matin ! », a-t-il ajouté, retweetant un tweet de l’AFP (@AFP) avec une photo des deux couples présidentiels, de dos, face à la Cité interdite.

>> A lire aussi : Etats-Unis: Trump critique la Chine sur Twitter

Frais d’itinérance

Twitter, mais aussi Facebook et Google, sont bannis en Chine, où le régime communiste censure scrupuleusement les contenus diffusés sur internet.

Mais comme tout visiteur étranger, Donald Trump peut continuer à tweeter en Chine à condition de payer des frais d’itinérance. Les téléphones en itinérance utilisent l’infrastructure locale, ce qui soulève la question de la confidentialité des conversations. Mais Donald Trump utilise vraisemblablement une technologie ultra-sécurisée.

>> A lire aussi : Donald Trump tweete sur la Chine et fait le plus beau lapsus de sa courte carrière présidentielle

« Pas un sujet de préoccupation »

Interrogé vendredi sur le fait de savoir si le président des Etats-Unis pourrait tweeter pendant sa visite, le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Zheng Zeguang s’était voulu rassurant : « Les moyens de communication du président Trump avec l’extérieur ne doivent pas être pour vous un sujet de préoccupation ».

« Le président tweetera ce qu’il voudra », avait de son côté assuré mercredi un haut responsable de l’administration américaine, alors que Donald Trump volait vers Pékin.

La Chine dispose de sa version nationale de Twitter, Weibo, une plateforme de microblogs qui revendique plus de 300 millions d’utilisateurs actifs chaque mois.