Des étiquettes d'ouvriers se plaignant de Zara trouvées dans des vêtements à Istanbul

COMMERCE Des clients du magasin de mode Zara ont découvert des étiquettes d’ouvriers affirmant ne pas avoir été payés par leur employeur…

A.-L.B.

— 

Devanture d'un magasin Zara à Istanbul en Turquie le 6 novembre 2017

Devanture d'un magasin Zara à Istanbul en Turquie le 6 novembre 2017 — Lefteris Pitarakis/AP/SIPA

Des clients d’un magasin de mode Zara à Istanbul ont trouvé des étiquettes inhabituelles dans leurs vêtements. Celles-ci délivrent des plaintes d’ouvriers turcs affirmant ne pas avoir été payés pour leur travail, révèle l’agence de presse Associated Press (AP).

« J’ai réalisé cet article que vous allez acheter, mais je n’ai pas été payé pour le faire », peut-on lire sur ces étiquettes laissées par des ouvriers dans les produits vendus par la chaîne.

Pression sur l’entreprise

Les étiquettes, qui incitent les clients à faire pression sur Zara, révèlent que ces ouvriers étaient des employés par Bravo Tekstil, un sous-traitant de Zara. Cette société aurait fermé du jour au lendemain.

Les travailleurs affirment que ce fabricant leur doit trois mois de salaire et une indemnité de départ.

Le groupe Inditex, propriétaire de Zara, a contacté 20 Minutes ce mardi après-midi, indiquant que «le groupe a payé toutes ses obligations contractuelles à la société Bravo Tekstil». «Sachant cela, Inditex a travaillé sur des propositions avec IndustriALL Global Union, la Fédération Internationale de syndicats, conjointement avec la marque Mango et Next dans le but d’établir un fond d’aide pour les travailleurs affectés (...)»

«A ce jour, la fédération syndicale internationale IndustriALL, avec l’aide d’Inditex, est en train de négocier avec son organisation syndicale locale en Turquie dans le but de trouver un accord. Ce fond couvrirait des salaires non rémunérés, des indemnités compensatoires, des congés inutilisées et des indemnités de licenciement des travailleurs qui ont été employés au moment de la fermeture soudaine de leur usine en juillet 2016. Le groupe est déterminé à trouver une solution rapide pour tous les travailleurs touchés», précise le groupe.