L'ancien vice-président américain demande à Trump de «grandir»

ETATS-UNIS Joe Biden, l'ex vice-président de Barack Obama, estime par ailleurs que la Russie va de nouveau interférer avec les élections américaines...

M.C. avec AFP

— 

L'ancien vice-président américain Joe Biden à Chicago, le 1er novembre 2017.

L'ancien vice-président américain Joe Biden à Chicago, le 1er novembre 2017. — Ashlee Rezin/AP/SIPA

« Nous devons arrêter avec ces tweets… C’est puéril. » L’ancien vice-président des Etats-Unis Joe Biden a vivement critiqué mercredi Donald Trump, estimant qu’une Russie plus assurée et déterminée allait de nouveau interférer avec une élection américaine.

>> George Papadopoulos, le «prof», et la «nièce» de Poutine: Bienvenue dans le roman d’espionnage de «l’affaire russe»

« Il est temps de grandir et d’agir comme un dirigeant mondial », a déclaré Joe Biden devant le Conseil de Chicago sur les affaires internationales. L’ancien vice-président démocrate de Barack Obama, auquel on prête parfois des velléités présidentielles pour 2020, a fait de la politique étrangère son thème de prédilection depuis la fin de son mandat en janvier. Il a accusé le président russe Vladimir Poutine de chercher à faire oublier ses problèmes au niveau domestique en « semant la discorde » en Europe et aux Etats-Unis.

L’électorat de Trump « devenu la cible de charlatans »

« L’attaque de la Russie contre notre élection n’est pas un incident isolé », a estimé Joe Biden. « Les efforts pour désinformer, pour infiltrer nos réseaux, pour corrompre nos institutions politiques se poursuivent ». « Et, à coup sûr, nous verrons cela accélérer à plein régime lorsque nous nous dirigerons vers un autre cycle d’élection parlementaire crucial en 2018 », a-t-il prévenu.

>> A lire aussi : 126 millions d'internautes auraient pu être manipulés par la Russie

L’ancien vice-président a également critiqué Donald Trump pour ne pas avoir pris une position plus ferme face aux interférences de la Russie et a estimé que sa politique étrangère d’une manière générale - comme le retrait du partenariat transPacifique (TPP) - menaçait les alliances des Etats-Unis.

Ancien sénateur du Delaware (est) issu de la classe ouvrière, Joe Biden a longtemps été considéré comme le représentant de la même catégorie démographique que celle qui a voté pour Donald Trump en 2016: des Blancs de la classe ouvrière en difficultés économiques. « Ces gens n’ont pas de préjugés. Ils sont réalistes. Et ils sont devenus la cible de charlatans », a estimé Joe Biden.