Neom, tel est le nom donné à la future zone économique que l’Arabie saoudite souhaite créer en bordure de la Mer Rouge. C’est en tout cas ce qu’a annoncé ce mardi le prince héritier Mohammed ben Salmane Al Saoud.

Un projet démesuré

Les chiffres de ce projet donne le tournis : la zone devrait s’étendre sur trois pays (Arabie saoudite, Jordanie et Egypte) pour une surface totale de 26.000 kilomètres carrés et le montant de l’investissement est chiffré à 500 milliards de dollars ! Et si rien de concret n’a encore vu le jour, le prince de 32 ans assure que la première phase de travaux est prévue pour 2025.

Cette zone économique se rêve en mégalopole du futur avec une attention particulière apportée à l’écologie, grâce notamment à une agriculture verticale, l’utilisation des énergies renouvelables ou encore des transports en commun autonomes, comme des drones-taxis, par exemple.

Attirer les cerveaux du monde entier

« Seuls les rêveurs sont les bienvenus », a déclaré Mohammed ben Salmane lors de la présentation de ce projet qui vise à diversifier l’économie saoudienne. Afin de séduire les étrangers, le prince a également déclaré souhaiter le retour à un islam « tolérant et modéré ».

Et pour cause, l’objectif de cette gigantesque zone économique est d’attirer les cerveaux du monde entier afin d’être à la pointe dans les domaines du futur : des objets connectés à la biotechnologie en passant par la robotique ou l’analyse de données. En plus d’une société libérée de ses mœurs parfois considérés comme extrémistes, le prince mise sur une législation et d’une fiscalité favorables. Tout un programme.

>> A lire aussi : VIDEO. Arabie Saoudite: Les femmes pourront-elles vraiment conduire en 2018?