Des vignobles calcinés, des maisons détruites et surtout un bilan humain très lourd : les incendies qui ravagent la Californie du nord ont fait plus de 30 morts, ont annoncé les autorités jeudi soir. C’est le plus lourd bilan depuis un incendie à Los Angeles en 1933. Et la situation ne devrait pas s’arranger ce week-end, avec des vents violents attendus et des foyers loin d’être circonscrits.

>> A lire aussi : Les images aériennes des paysages dévastés par le feu

Selon le shérif du comté de Sonoma Robert Giordano, 463 personnes n’avaient toujours pas été localisées jeudi. Les vérifications sont compliquées par les problèmes de communication et par le fait que de nombreuses personnes signalent la disparition de proches, mais pas leurs retrouvailles. L’identification des victimes est complexe. « Dans certains endroits, nous retrouvons des corps intacts. Dans d’autres, il n’y a que des cendres et des os ».

3.500 bâtiments réduits en cendre

Plusieurs milliers de pompiers luttent sans relâche contre les flammes, avec des renforts venus de tout le pays. Mais la tâche est titanesque : plus de 78.000 hectares sont partis en fumée, et dans les régions viticoles de Napa et Sonoma, les Tubbs et Atlas fires sont circonscrits à moins de 10 %. Au total, plus de 3.500 bâtiments ont été réduits en cendre.

« Des vents secs soufflant en rafales et une humidité basse vont continuer à gêner les efforts des pompiers, en particulier entre vendredi soir et la nuit de samedi », a indiqué la météo locale, prévoyant des vents pouvant souffler jusqu’à 80 km/h et un taux d’humidité en journée entre 10 et 20 % selon les endroits.

Catastrophe naturelle

Les autorités de l’Etat américain le plus peuplé avaient indiqué mercredi avoir obtenu des renforts d’Etats proches (Nevada, Washington, Oregon, Arizona) et d’autres devaient suivre. La Garde nationale de Californie devait augmenter ses effectifs sur le terrain à 2.500 d’ici jeudi soir, avait indiqué mercredi le major général Dave Baldwin, chef d’état-major du gouverneur de Californie.

Le président américain Donald Trump a déclaré mardi l’état de catastrophe naturelle. Plusieurs exploitations de cette région très viticole, parfois centenaires, ont été totalement ou partiellement détruites. Certaines étaient toujours sur la trajectoire des flammes.

Mots-clés :