Catalogne: Puigdemont temporise et souhaite un dialogue avec Madrid

INDEPENDANCE Revivez le discours de Carles Puigdemont devant le Parlement...

P.B.

— 

Le président régional de la Catalogne, Carles Puigdemont, prononce un discours devant le Parlement le 10 octobre 2017.

Le président régional de la Catalogne, Carles Puigdemont, prononce un discours devant le Parlement le 10 octobre 2017. — Manu Fernandez/AP/SIPA

L'ESSENTIEL:

  • Le oui à l'indépendance l'a emporté avec 90% des voix sur 43% de participation.
  • Madrid a déclaré le scrutin illégal et menace de supprimer l'autonomie de la région.

A LIRE AUSSI:

 

0h00: Ce live est terminé

On n'est pas beaucoup plus avancés. Puigdemont a finalement signé une déclaration d'inépendance puis la suspendue pour tenter d'ouvrir le dialogue avec Madrid. Qui n'a pas vraiment l'air de vouloir négocier. On verra ce qui sort de la réunion d'urgence du Conseil des ministres ce mercredi.

23h00: Réunion extraordinaire du Conseil des ministres mercredi

Le gouvernement espagnol va se réunir pour discuter de la situation.

22h40: Le président de Catalogne a signé une déclaration d'indépendance mais la suspend

Le président séparatiste catalan Carles Puigdemont a signé mardi soir une déclaration d'indépendance avec les députés de sa majorité, mais il l'a suspendue «en appelant au dialogue», a déclaré à l'AFP un porte-parole du gouvernement régional.

«Nous constituons la République catalane comme Etat indépendant et souverain, de droit, démocratique et social», lit-on dans ce texte signé par les trois partis indépendantistes. «Mais le président la suspend en appelant au dialogue», a précisé le porte-parole du gouvernement catalan.

21h45: Le point sur la situation

Confus, Puigdemont a tenté de ménager deux extrêmes... Et a fâché tout le monde. A lire ici.

20h30 : « Traitre », lancent des pro-indépendance

De l’autre côté, des pro-indépendance ont hué Puigdemont, qualifié de «traitre», avec une suspension du processus de déclaration d’indépendance pour plusieurs semaines afin de dialoguer, comme le montre cette vidéo d'un journaliste de la BBC.

 

20h20: Le gouvernement espagnol juge «inadmissible» une déclaration implicite d'indépendance

Puigdemont avec son ni-ni un peu ambigu se met tout le monde à dos, Madrid l'a perçu comme une déclaration d'indépendance implicite «inadmissible».

19h55: L'ambassadeur d'Espagne en France n'a pas apprécié le discours

Ce choix de temporiser n'est visiblement pas du goût de Madrid. L'ambassadeur espagnol en France, Fernando Carderera, s'est lancé dans une métaphore douteuse sur BFM TV: «On ne peut pas être à la fois enceinte et pas enceinte», a-t-il répondu à la proposition de Puigdemont de suspendre la déclaration pour plusieurs semaines pour chercher à le négocier avec Madrid.

19h50: La déclaration d'indépendance suspendue pour donner sa chance au dialogue

C'est ce qu'il faut retenir du discours. Puigdemont n'a pas forcé un vote sur la déclaration d'indépendance mais suspend «ses effets plusieurs semaines» pour laisser une chance au dialogue. Un peu plus tôt, Madrid avait catégoriquement rejeté toute main tendue.

19h40 : Puigdemont promet l’indépendance mais propose des négociations avec Madrid

Il a donc choisi la voie médiane. « La Catalogne sera un Etat indépendant sous la forme d’une république », promet Puigdemont mais dans le même temps il annonce : « Nous proposons au Parlement la suspension de la déclaration d’indépendance afin qu’au cours des prochaines semaines nous puissions entamer un dialogue » avec Madrid pour aboutir à une solution politique. Bref il tente de ménager la chèvre et le chou.

19h30: Puigdemont dénonce «les humiliations» de Madrid

Face aux «humiliations» et à la «centralisation» de Madrid, «la seule façon de garantir la survie» de la Catalogne «devait être décidé par les Catalans de façon démocratique» continue Puigdemont, qui dénonce encore «la persécution judiciaire et policière».

19h25: Puigdemont donne un cours d'histoire constitutionnelle

Il remonte à la constitution établie après la chute de Franco.

19h15: Puigdemont dénonce «les violences» de la police

Le leader accuse la police d'avoir «frappé» des électeurs. Il accuse les autorités espagnoles d'avoir tenté d'intimider les indépendantistes. Il dénonce également les «pressions économiques» et s'adresse «aux personnes qui ont peur». Son message: «En tant que président, je suis responsable» et il promet de défendre «la démocratie, le dialogue et la tolérance».

19h10:  «Nous vivons un moment historique aux conséquences qui dépassent le pays»

Puigdemont fait durer le suspense.

19h10: Puigdemont prend la parole

Il promet d'expliquer les conséquences du référendum.

19h05: Puigdemont est dans la place

Ça ne devrait plus tarder.

19h00: Les députés reviennent au Parlement

Allez, le discours approche.

18h55: Une médiation avec Puigdemont «pas envisageable» pour le gouvernement espagnol

C'est la partie de poker menteur dans ces dernières minutes.

18h50: Les Catalans réunis devant un écran géant

Notre correspondant en Espagne est sur place, suivez Antonin Vabre sur Twitter.

 

18h45: Junker dément qu'il est en discussions avec Puigdemont

Via sa porte-parole qui répond «non» et «fake news» sur Twitter.

 

18h30 : Médiation internationale de dernière minute

Selon un porte-parole du gouvernement catalan, le discours a été repoussé d’une heure car une « médiation internationale » de dernière minute est en cours.

18h10: Le discours repoussé d'au moins une heure

Selon El Pais, une réunion de dernière minute a été convoquée, le Parlement se vide. Rendez-vous à 19h00.

18h00: Puigdemont se fait attendre

Selon Euronews, il s'entretient actuellement avec le président de la Comission européenne, Jean-Claude Junker.

Restera ou restera pas ? En Espagne, c’est l’heure du choix pour la Catalogne, avec une décision attendue à partir de 18h00. Carles Puigdemont, le président séparatiste, va-t-il choisir le chaos en déclarant unilatéralement l’indépendance, malgré les avertissements de Madrid ? Choisira-t-il de temporiser ou de faire machine arrière ? La situation est à suivre en direct sur 20 Minutes toute la soirée.