Moins de dégâts que prévu. Nate, qui a touché les Etats-Unis, a été rétrogradé dimanche d’ouragan de catégorie 1 en tempête tropicale alors qu’il se déplace vers l’intérieur des terres, a annoncé le Centre national des ouragans américain (NHC).

>> A lire aussi : VIDEO. L'ouragan Nate frappe les Etats-Unis moins fort que prévu

Un « affaiblissement rapide »

A 5h heure locale (11h heure de Paris), la tempête, avec des vents mesurés jusqu’à 113 km/h, se trouvait au niveau du Mississippi et de l’Alabama (sud) et se déplaçait vers le nord-nord-est à environ 37 km/h, selon le NHC, qui prévoyait un « affaiblissement rapide ».

De douloureux souvenirs

Après avoir traversé le Golfe du Mexique, l'ouragan avait touché terre aux Etats-Unis une première fois samedi soir dans le sud-est de la Louisiane, peu après 20h heure locale (2h heure de Paris). Les autorités de Louisiane, du Mississippi et de l'Alabama avaient pris leurs précautions (ordres d'évacuation obligatoire ou volontaire du littoral, couvre-feu à La Nouvelle-Orléans) dans l'attente du troisième ouragan en moins de deux mois à frapper la région.

Moins puissant que redouté, --le NHC avait évoqué un temps un passage en catégorie 2--, Nate a rappelé à la Nouvelle Orléans les douloureux souvenirs du passage de l'ouragan Katrina, en 2005, qui avait provoqué la mort d'au moins 1.800 personnes.

Couvre-feu levé

Mais la ville devrait être épargnée et les autorités locales ont décidé dès samedi soir de lever le couvre-feu imposé depuis 19h00, ainsi que l'alerte ouragan. Cependant, le NHC avait averti que «la combinaison d'une dangereuse onde de tempête et de la marée fera en sorte que les zones normalement sèches près de la côte seront inondées par les eaux montantes qui se déplacent à l'intérieur des terres depuis le rivage».

31 morts en Amérique centrale

Plus de peur que de mal, donc aux Etats-Unis, qui attendaient de pied ferme ce nouvel ouragan. Ponts détruits, routes inondées, arbres au sol et glissements de terrain : Nate a en revanche causé d’importants dégâts lors de son passage en Amérique centrale qui déplore au moins 31 victimes.