Un ex-agent du FBI veut utiliser l'intelligence artificielle pour relancer l'enquête sur le délateur d'Anne Frank

DETECTIVE L'intelligence artificielle doit être capable de formuler des scénarios auxquels les cerveaux humains n’ont jamais pensé...

D. D.

— 

Anne Frank est décédée en déportation en 1945, environ deux mois avant la capitulation allemande. (image d'illustration)

Anne Frank est décédée en déportation en 1945, environ deux mois avant la capitulation allemande. (image d'illustration) — AP/ SIPA

Plus de 70 ans après la délation de la famille d’Anne Frank qui les conduisit à la déportation à Bergen-Belsen, le mystère reste entier sur la personne qui les a trahi. Mais un ex-agent du FBI estime qu’une intelligence artificielle pourrait retrouver le coupable  relate Reuters ce jeudi.

Créer de nouveaux liens entre toutes ces informations

En août 1944, Anne Frank et sa famille sont arrêtés par la police nazi alors qu’ils ont trouvé refuge dans un appartement aménagé dans l’entreprise du père à Amsterdam.

Vincent Pankoke, un ancien agent du FBI désormais retraité est convaincu que la technologie de l’intelligence artificielle pourrait aider à mettre un point final à l'enquête. Il a ainsi créé une entreprise aux Pays-Bas avec vingt salariés dont des médecins légistes et des membres de la police néerlandaise.

>> A lire aussi : «Le Journal d'Anne Frank» ne tombera pas dans le domaine public en 2016

Des listes de collaborateurs et d’informateurs des nazis

Evidemment, la plupart des personnes qui auraient pu être témoin ne sont plus en vie. Alors Vincent Pankoke a décidé de travailler sur cette enquête à partir d’une grande base de données. On y trouve notamment des listes de collaborateurs et d’informateurs des nazis, ainsi que des documents historiques.

C’est maintenant aux algorithmes de l’intelligence artificielle développée par sa société de jouer. Vincent Pankoke en est convaincu : l’IA va créer de nouveaux liens entre toutes ces informations. Des scénarios auxquelles les cerveaux humains n’ont jamais pensé. Et peut-être clôturer une enquête vieille de 73 ans