Corée du Nord: Le séisme n'était finalement pas dû à un essai nucléaire

COREE DU NORD La Chine est revenu sur son diagnostic, expliquant que le tremblement de terre était vraisemblablement un «effondrement décalé»...

20 Minutes avec AFP

— 

Un expert sud-coréen montre les ondes mesurées le 3 septembre lors de l'essai nucléaire de Pyongyang.

Un expert sud-coréen montre les ondes mesurées le 3 septembre lors de l'essai nucléaire de Pyongyang. — Lee Jin-man/AP/SIPA

Dans un premier temps, le Service sismique chinois avait évoqué une possible « explosion ». Finalement, le séisme de magnitude 3,5 survenu en Corée du Nord samedi près de son site d’essais nucléaires n’était pas le résultat d’un nouvel essai nucléaire, a annoncé samedi soir le CENC.

Selon le Service sismique chinois, l’étude des données ultrasoniques a permis de déterminer « que l’incident n’est pas une explosion nucléaire mais présente les caractéristiques d’un séisme naturel ».

>> A lire aussi : La Chine évoque un phénomène dû à une «explosion», la Corée du Sud une «secousse naturelle»

L’Académie chinoise des sciences a également publié un rapport expliquant que le tremblement de terre était vraisemblablement un « effondrement décalé ». Elle fait ainsi écho aux hypothèses avancées par des spécialistes internationaux selon qui il s’agissait d’une réplique probable après le sixième test nucléaire mené par Pyongyang le 3 septembre.

16 fois la puissance de la bombe d’Hiroshima

Ce test, le plus puissant jamais mené par la Corée du Nord, avait provoqué un séisme de magnitude 6,3 ressenti jusqu’en Chine. Pyongyang avait affirmé avoir testé avec succès une bombe H. Les spécialistes avaient estimé que l’énergie dégagée s’était élevée à 250 kilotonnes, soit 16 fois la puissance de la bombe qui avait rasé Hiroshima en 1945.

La Conseil de sécurité de l’ONU avait voté dans la foulée un huitième train de sanctions contre Pyongyang. Les tensions autour des programmes militaires interdits de la Corée du Nord atteignent des sommets depuis ces dernières semaines.

Des bombardiers américains ont volé près des côtes nord-coréennes samedi pour envoyer un « message clair ». Le chef de la diplomatie nord-coréenne, Ri Yong Ho, dénonçait lui à l’ONU les propos tenus cette semaine par Donald Trump contre son pays, qualifiant le président américain de « personne dérangée », de « mégalomane » et de « roi menteur ».