Attentat de Londres: Le Royaume-Uni en alerte maximale, plusieurs suspects recherchés

TERRORISME Daesh a revendiqué l'attaque et affirme avoir placé «plusieurs engins explosifs»...

20 Minutes avec AFP

— 

Le niveau d'alerte terroriste a été relevé à «critique» au Royaume-Uni le 15 septembre 2017 après un attentat dans le métro de Londres qui a fait 29 blessés.

Le niveau d'alerte terroriste a été relevé à «critique» au Royaume-Uni le 15 septembre 2017 après un attentat dans le métro de Londres qui a fait 29 blessés. — D. Haria/Shutters/SIPA

Alerte maximale. Le Royaume-Uni a relevé son niveau d’alerte terroriste, vendredi soir, craignant un attentat « imminent », après l’explosion d’une bombe artisanale dans une station du métro de Londres qui a fait 29 blessés, revendiquée par Daesh.

Qualifié de « terroriste » par la police, l’attentat a été revendiqué par Daesh dans un communiqué diffusé par son agence de propagande Amaq sur les réseaux sociaux. Le groupe djihadiste parle de « plusieurs soldats » qui ont placé « plusieurs engins explosifs » dont « un a explosé ». Dans la soirée, Scotland Yard a confirmé rechercher plusieurs suspects.

>> A lire aussi : Passe d’armes entre Theresa May et Donald Trump

Niveau d’alerte critique

Douze heures après cet attentat, la Première ministre Theresa May a annoncé que le niveau d’alerte terroriste avait été relevé de « grave » à « critique », ce qui signifie qu’un attentat est « imminent ». Ce niveau avait déjà été renforcé en mai après l’attentat de Manchester (nord), avant d’être ramené à « grave », à savoir un attentat « hautement probable ».

Theresa May a aussi indiqué dans un message télévisé que des militaires seraient déployés « sur certains sites protégés » non accessibles au public, pour permettre un renforcement de la présence de policiers dans les transports publics. En tout, 1.000 policiers seront ainsi redéployés « à travers le pays », a indiqué à la presse le commandant de l’unité antiterroriste de la police de la capitale, Mark Rowley.

Chasse à l’homme

La police n’avait encore procédé à aucune arrestation vendredi soir, mais Mark Rowley a indiqué que l’enquête faisait « vraiment de bon progrès ». « Nous recherchons des suspects », a-t-il dit lors d’un point presse en soirée. « Quelqu’un a placé cet engin explosif artisanal dans le métro. Nous devons garder l’esprit ouvert à ce stade sur qui il est et des complices potentiels », a-t-il ajouté. Il avait précédemment évoqué « une explosion » causée par « un engin explosif artisanal ». « Une chasse à l’homme est en cours » pour retrouver le ou les auteurs de l’attentat, avait auparavant indiqué sur LBC Radio le maire de Londres, Sadiq Khan.

Dans leur dernier bilan, les services de santé ont fait savoir que 29 blessés, dont aucun grièvement atteint, avaient été traités à l’hôpital, « la plupart » pour des brûlures. Theresa May a estimé que « l’engin explosif était destiné à faire d’énormes dégâts », à l’issue d’une réunion d’urgence de son cabinet en début d’après-midi.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.