Crise des Rohingas: Impossible de retirer le prix Nobel de la paix à Aung San Suu Kyi, selon le comité

DIPLOMATIE Des centaines de milliers de personnes réclament le retrait du prix Nobel de la paix à Aung San Suu Kyi pour sa gestion de la crise des Rohingas en Birmanie…

20 Minutes avec AFP

— 

Aung San Suu Kyi, leader birman de fait, est très critiquée pour sa gestion de la crise des Rohingas.

Aung San Suu Kyi, leader birman de fait, est très critiquée pour sa gestion de la crise des Rohingas. — ROMEO GACAD / AFP

Ni le testament d’Alfred Nobel ni les statuts de la Fondation Nobel ne le permettent. Le comité Nobel a exclu, ce jeudi, de retirer le prix Nobel de la paix attribué en 1991 à Aung San Suu Kyi comme le réclament des centaines de milliers de personnes à travers le monde pour sa gestion de la crise des Rohingas.

>> Birmanie: Les Rohingas, minorité la plus persécutée au monde

Jeudi matin, la pétition en ligne « Reprenez le prix Nobel de la paix d’Aung San Suu Kyi » avait recueilli plus de 364.000 signatures. « Jusqu’à présent, Aung San Suu Kyi, qui dirige de facto la Birmanie, n’a pour ainsi dire rien fait pour arrêter ce crime contre l’humanité dans son pays », estime son initiateur indonésien.

Un « iceberg de désinformation » selon Aung San Suu Kyi

« Ni le testament d’Alfred Nobel ni les statuts de la Fondation Nobel n’ouvrent la possibilité qu’un prix Nobel -que ce soit en Physique, Chimie, Médecine, Littérature ou Paix-- soit retiré. La question ne se pose donc pas formellement, a déclaré le secrétaire du comité, Olav Njølstad. Seuls les efforts d’un lauréat jusqu’à l’attribution du prix sont évalués par le comité Nobel. »

Selon l’Onu, quelque 164.000 personnes,la plupart des Rohingyas, ont fui les violences en Birmanie en moins de deux semaines pour se réfugier au Bangladesh voisin.

Très critiquée à l’étranger pour son silence sur le sort de la minorité musulmane des Rohingyas, Aung San Suu Kyi, qui dirige de facto le gouvernement birman, a dénoncé mercredi un « iceberg de désinformation » donnant, selon elle, une vision trompeuse de la crise.