VIDÉO. Disparition de Diana: «J'ai été marquée par le chagrin de ma mère»

TÉMOIGNAGES Les internautes de « 20 Minutes » se souviennent du jour où Lady Di a perdu la vie…

Mathilde Cousin

— 

Diana, lors d'une visite à un centre pour enfants en Grande-Bretagne, le 21 juillet 1997.

Diana, lors d'une visite à un centre pour enfants en Grande-Bretagne, le 21 juillet 1997. — CHERRUAULT/SIPA

  • Nombreux sont les Français qui se souviennent du jour de la mort de Lady Di, le 31 juillet 1997.
  • Vingt ans après, les internautes de 20 Minutes racontent cette journée si particulière.

Elle était une icône, réputée être la femme la plus photographiée de son temps. L’annonce de la mort de Lady Di, le 31 août 1997, a stupéfié le monde entier. Les télévisions basculent alors en édition spéciale, les Britanniques pleurent la disparition de la princesse.

De ce côté-ci de la Manche, ce décès surprend aussi de nombreux Français. Les internautes de 20 Minutes ont été nombreux, sur notre page Facebook, à se souvenir de ce 31 août, même si certains n’étaient pas encore adolescents : « J’ai surtout été marquée par le chagrin de ma mère qui n’arrêtait pas de pleurer devant la télé, confie ainsi Sarra, qui était encore une enfant à l’époque. Je me souviens aussi des obsèques. J’avais dix ans, donc je ne comprenais pas trop, mais c’était vraiment dur pour maman. »

Caro, qui avait 25 ans, et avait grandi « en admirant Diana », s’est « effondrée en larmes ». La jeune femme a appris la nouvelle par la radio. Sous le choc, elle a écouté la même info « en boucle, dans un brouillard de chagrin ».

« Sous le choc »

Certains étaient en Angleterre et se souviennent de la vague d’émotion qui a envahi le pays. « J’étais en vacances à Londres, rappelle Nathalie, qui a appris le décès de la princesse de Galles dans la nuit. La visite de Buckingham Palace était prévue le lendemain. (…) Quand nous sommes arrivés, les gens commençaient à déposer des fleurs devant le palais. Certains pleuraient. »

Même ambiance à Cambridge, où se trouvait Stéphane : « Je bossais dans un bar à vin et je suis sorti avec des collègues. La nuit fut très arrosée et nous nous sommes endormis sur les nouvelles en direct de Paris. Au réveil, nous sommes sortis prendre le petit-déjeuner. Dans la rue, les gens étaient tristes, tout le monde était sous le choc. » Nanine, qui travaillait cet été-là au musée d’Orsay, à Paris, se souvient que « tous les touristes anglais ce jour-là étaient choqués et tristes ».

>> A lire aussi : Mort de Diana: Un employé de Matignon raconte la nuit du 31 août 1997

Des deux côtés de la Manche, la princesse de Galles laisse le souvenir « d’une grande dame qui faisait beaucoup de bien autour d’elle », résume Chantal, qui conclut : « La vie est vraiment injuste. »