VIDEO. Menace nord-coréenne: Des habitants de Guam craignent moins Pyongyang qu'un typhon

MENACE L'île américaine du Pacifique est à proximité de laquelle la Corée du Nord projette de lancer des missiles...

20 Minutes avec AFP

— 

Des touristes prfiten de la plage sur l'île de Guam.

Des touristes prfiten de la plage sur l'île de Guam. — Virgilio VALENCIA / AFP

  • En dépit des menaces de Pyongyang, la population semble rester calme.
  • A Guam, on est surtout préoccupée par l'arrivée de la saison des typhons.
  • En cas d'attaque nord-coréenne,un système d'alerte est prévu.

« Kim Jong-Un est aussi fou que les typhons, mais j’ai davantage peur des typhons car ils représentent une réelle menace ». Comme Rolando Zepeda, un enseignant de 57 ans, plusieurs habitants de Guam, île américaine du Pacifique à proximité de laquelle la Corée du Nord projette de lancer des missiles, ont confié samedi qu’ils préféreraient affronter le leader « fou » Kim Jong-Un plutôt qu’un typhon.

>> A lire aussi: Face à la menace nord-coréenne, comment le Japon se prépare aux pires scénarios

« Pour être honnête, je suis plus inquiet des projectiles provoqués par des typhons quand nous avons des vents violents que des projectiles que Kim Jong-Un menace de lancer sur Guam », a plaisanté Janice Furukawa, une mère de 58 ans, alors qu’elle préparait son kit d’urgence anti-typhon à son domicile de Piti dans l’ouest de Guam.

La population semble rester calme 

En dépit des menaces de Pyongyang, la population semble rester calme et surtout préoccupée par l’arrivée de la saison des typhons, même si l’archevêque de l’île à majorité catholique, Michael Byrnes, a appelé les prêtres à prier pour la paix et a organisé un rassemblement en faveur de la paix pour dimanche dans la capitale Hagatna.

Les forces américaines « sont prêtes » à protéger Guam, a déclaré de son côté samedi la Maison Blanche. Au cours d’un entretien téléphonique avec le gouverneur de Guam Eddie Calvo, le président Donald Trump l’a « assuré » que « les forces américaines sont prêtes à garantir la sûreté et la sécurité de la population de Guam, comme celle de l’ensemble des Etats-Unis ».

>> A lire aussi: Pourquoi l’annonce de la miniaturisation d’armes nucléaires par la Corée du Nord est à prendre avec des pincettes

« C’est le week-end. Sortez ! Amusez-vous ! »

Le gouverneur a lui-même tenté de calmer le jeu pour rassurer les 162.000 habitants de l’île, préférant mettre l’accent sur le début de la saison des typhons. « On sait que les typhons peuvent frapper à tout moment (…) cela signifie que les familles s’organisent pour faire face à toute éventualité », a-t-il affirmé. « Tout le monde doit continuer à vivre normalement. C’est le week-end. Sortez ! Amusez-vous ! »

« Les habitants font ce qu’ils font normalement. De toute façon, c’est hors de leur contrôle. Rien de nihiliste, mais c’est leur manière de penser », confie un journaliste local interrogé par franceinfo.

 

Un système d’alerte prévu

En cas d’attaque nord-coréenne, un système d’alerte est prévu, a rappelé le département américain de la Sécurité intérieure, qui a publié vendredi sur son site des mesures à suivre en cas d’attaque nucléaire.

L’armée nord-coréenne a fait état jeudi d’un projet consistant à lancer quatre missiles qui survoleraient le territoire japonais avant d’aller s’abattre en mer « à 30 ou 40 kilomètres de Guam ». Mardi, Donald Trump avait affirmé que la Corée du Nord se heurterait « au feu et à la colère » des Etats-Unis si jamais les menaces de Pyongyang continuaient. Et vendredi, il avait estimé que ces paroles n’étaient « peut-être pas assez dures ».

 

>> A lire aussi: Si Kim Jong-un s'attaque à Guam, «il le regrettera» met en garde Trump