VIDEO. La mobilisation contre le tourisme de masse en Europe est-elle en train de s’étendre ?

REVENDICATION A Barcelone, Venise, Dubrovnik ou Saint-Sébastien, des collectifs plus ou moins virulents font entendre leurs voix contre le tourisme de masse…

H.S. avec AFP

— 

Des manifestations contre la gestion du tourisme de masse à Barcelone se sont tenues en juin 2017 dans la ville catalane.

Des manifestations contre la gestion du tourisme de masse à Barcelone se sont tenues en juin 2017 dans la ville catalane. — LLUIS GENE / AFP

« Ce n’est pas de la toursimophobie, c’est la lutte des classes ! ». Voilà le slogan distillé pendant l’été par plusieurs collectifs anarchistes barcelonais. Si le tourisme de masse s’est intensifié depuis longtemps dans la capitale catalane, le rejet qu’il suscite semble se cristalliser. Fin juillet, l’attaque d’un bus touristique par quatre personnes encagoulées dénonçant le « tourisme » qui « tue les quartiers », a créé la polémique en Espagne.

Un « équilibre rompu »

Revendiquée par le mouvement de jeunesse d’un petit parti d’extrême gauche indépendantiste (CUP), cette action plus violente que les manifestations passées a suscité la colère du gouvernement espagnol. On ne peut pas recevoir le touriste « à coups de pied », a lancé le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy.

>> A lire aussi : Espagne: Barcelone, victime de son succès, est atteinte de « tourismophobie »

Ce « ras-le-bol » des habitants à l’égard du tourisme de masse ne se cantonne pas seulement à Barcelone. A Lisbonne, Dubrovnik, Majorque ou Venise, des manifestations se sont tenues pour protester contre le « tourisme de cuite », les dégâts provoqués par l’intensification des croisières et la multiplication des locations à court terme encouragées notamment par des sites comme Airbnb. Une « marche » anti-tourisme devrait également se tenir le 17 août prochain à Saint-Sébastien au Pays Basque espagnol.

Pour Didier Arino, du cabinet d’études Protourisme, ces événements « localisés » traduisent une « rupture d’équilibre » : « Les mouvements touristiques importants que l’on peut retrouver à Venise ou Barcelone peuvent donner le sentiment aux populations locales d’être dépossédées de son patrimoine, de ses cultures. Or il faut qu’il y ait un équilibre entre les bénéfices des recettes touristiques et le maintien d’une qualité de vie au quotidien ».

>> A lire aussi : Les Vénitiens dénoncent l'augmentation du tourisme dans leur ville

Un « manque de volonté politique »

Pour la quatrième année consécutive, l’Espagne a battu son record de fréquentation touristique avec 75 millions de visiteurs en 2016. A Venise, le nombre de touristes a augmenté de 31,5 % entre 2009 et 2015. Pour autant, les collectifs mobilisés dans les capitales du sud de l’Europe refusent l’accusation de « tourismophobie ». Sur son site, le groupe « Lisboa does-not-love » (Lisbonne n’aime pas), explique : « Les habitants de Lisbonne ne sont pas opposés au tourisme - ils en mesurent parfaitement les enjeux financiers (…) Les outrances du tourisme de masse ne sont pas une fatalité, ils résultent d’un manque de volonté politique et de l’attitude de certains touristes ».

Cette mobilisation, plus visible, peut-elle s’étendre au reste des capitales européennes ? Pas vraiment selon Didier Arino : « Cela reste un mouvement localisé qui se développe au cœur de l’été à cause de la saison touristique intense (…) mais c’est aussi une problématique plus forte dans les villes qui souffrent d’une mono-économie. La solution pour retrouver un équilibre entre tourisme et qualité de vie des habitants viendra des décideurs politiques ».