Venezuela: A peine installée, la Constituante limoge la procureure générale dissidente

POLITIQUE La procureure générale Luisa Ortega était l'une des principales adversaires du président socialiste Nicolas Maduro...

20 Minutes avec AFP

— 

La nouvelle Assemblée constituante du Venezuela, aux pouvoirs illimités, a limogé samedi 5 août 2017 la procureure générale Luisa Ortega, une des principaux adversaires du président socialiste Nicolas Maduro.

La nouvelle Assemblée constituante du Venezuela, aux pouvoirs illimités, a limogé samedi 5 août 2017 la procureure générale Luisa Ortega, une des principaux adversaires du président socialiste Nicolas Maduro. — AFP

La nouvelle Assemblée constituante du Venezuela, aux pouvoirs illimités, a marqué un grand coup dès le début de ses travaux samedi en limogeant la procureure générale Luisa Ortega, une des principales adversaires du président socialiste Nicolas Maduro.

>> A lire aussi : Venezuela: Ouverture d'une enquête sur les suspicions de fraude

« C’est une dictature ! », selon Luisa Ortega

La procureure avait indiqué un peu plus tôt aux journalistes que des unités de la Garde nationale bolivarienne (GNB) ayant pris position autour des bureaux du Parquet général dans le centre de Caracas, l’avaient empêchée d’y accéder. « Non seulement ils arrêtent les gens arbitrairement, mais ils les font juger par la justice militaire, et maintenant ils ne laissent pas entrer la procureure générale dans son bureau. C’est une dictature ! » avait-elle dénoncé.

Nommée en 2007 par le défunt président Hugo Chavez, Luisa Ortega a promis de continuer « à lutter pour la liberté et la démocratie au Venezuela ». De son côté, la Constituante a annoncé que la procureure serait remplacée provisoirement par un proche du pouvoir, le « défenseur du peuple » Tarek William Saab.

La procureur Luisa Ortega, un des opposants au président Maduro, n'a pas pu accéder ce samedi 5 août aux bureaux du Parquet général dans le centre de Caracas.
La procureur Luisa Ortega, un des opposants au président Maduro, n'a pas pu accéder ce samedi 5 août aux bureaux du Parquet général dans le centre de Caracas. - AFP

Le Venezuela bientôt mis à l’écart du Mercosur ?

Réunis à Sao Paulo, les ministres des Affaires étrangères du Brésil, de l’Argentine, de l’Uruguay et du Paraguay ont quant à eux décidé de suspendre politiquement le Venezuela du Mercosur, le marché commun sud-américain, « pour rupture de l’ordre démocratique ».

Le Venezuela est déjà mis à l’écart du Mercosur depuis décembre, pour des raisons commerciales. Mais le marché commun a cette fois invoqué la « clause démocratique », une première depuis 2012.

La Constituante va siéger pour une durée maximale de deux ans

Reste que ce samedi, en fin de journée (heure française), le président Nicolas Maduro a assuré que le Venezuela ne serait « jamais » exclu du Mercosur. « Jamais. Notre âme, notre cœur, notre vie sont Mercosur », a lancé le chef de l’Etat socialiste sur une radio argentine, assurant que les tentatives des gouvernements brésilien (« fomenteurs de coup d’Etat ») ou argentin (des « misérables ») étaient vouées à l’échec.

>> A lire aussi : Venezuela: La Constituante lance sa séance inaugurale sur fond de grandes tensions avec l'opposition

Pour rappel,installée officiellement vendredi, la Constituante a fait savoir au début de ses travaux ce samedi matin qu’elle siégerait pour une durée maximale de deux ans. Comme l’a promis le président Nicolas Maduro, elle doit apporter la « paix » et redresser l’économie de cette nation pétrolière, naguère immensément riche.

L’opposition accuse en revanche le dirigeant socialiste de vouloir accroître ses pouvoirs et prolonger son mandat qui s’achève en 2019.