Trump interdit les soldats transgenres dans l'armée et provoque un tollé

ARMEE Le président américain estime que l’armée ne peut notamment pas « supporter le fardeau des coûts médicaux énormes »…

20 Minutes avec AFP

— 

Des soldats américains: illustration

Des soldats américains: illustration — AHMAD AL-RUBAYE / AFP

Ses tweets ont surpris tout le monde. Donald Trump a annoncé ce mercredi qu’il entendait empêcher les personnes transgenres de servir dans l’armée, revenant ainsi sur la décision historique prise par son prédécesseur Barack Obama.

Le président américain a déclaré, qu'« après consultation de mes généraux et des experts militaires, soyez avisés que le gouvernement des Etats-Unis n’acceptera pas ou ne permettra pas les personnes transgenres à servir dans une quelconque division de l’armée américaine ».

>> A lire aussi : Un père transgenre accouche de son premier petit garçon

« Notre armée doit se concentrer sur une victoire décisive et totale et ne peut supporter le fardeau des coûts médicaux énormes et les perturbations que des personnes transgenres dans l’armée entraîneraient. Merci ».

Remise en cause de l’administration Obama

La décision de l’administration Trump s’inscrit dans un contexte de pression d’une partie du camp républicain pour remettre en cause les mesures prises en juillet dernier sous l’administration de Barack Obama en faveur des personnes transgenres, un sujet très polémique aux Etats-Unis, malgré le très petit nombre de personnes concernées. Selon cette décision, annoncée à l’époque par le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter, les personnes transgenres pouvaient alors servir ouvertement dans l’armée américaine et recevoir les soins médicaux appropriés de la part du système de santé militaire.

Au début du mois, le secrétaire à la Défense Jim Mattis avait annoncé qu’il retardait de six mois, au 1er janvier 2018, l’ouverture du recrutement militaire américain aux personnes transgenres, décidée par Barack Obama.

«Tout Américain devrait être autorisé à servir dans l'armée», selon McCain.

Selon le ministère de la Défense, il y aurait de 2.500 à 7.000 personnes transgenres sur les 1,3 million de militaires en activité. Des estimations de plusieurs associations placent ce chiffre entre 6.000 et 15.000, et l'annonce a provoqué un tollé chez les démocrates, mais quelques républicains sont également monté au créneau. «On ne devrait interdire à aucun Américain, quelle que soit son orientation ou son identité sexuelle, d'avoir le privilège et l'honneur de servir notre nation #LGBT», a tweeté l'élue républicaine Ileana Ros-Lehtinen, qui a un fils trans.

«Une telle annonce ne devrait pas être faite via Twitter. Tout Américain qui répond aux critères médicaux et aux standards de préparation devrait être autorisé à continuer de servir dans l'armée», a réagi le républicain John McCain.

Des élus démocrates ont indiqué qu'ils comptaient combattre cette mesure au Congrès, et l'association de défense des droits civils ACLU a invité toute personne concernée à la contacter en vue d'une bataille judiciaire. Enfin, de nombreux internautes ressortent les déclarations de Donald Trump, qui s'étaient à plusieurs reprises présenté comme «l'ami» de la communauté LGBT pendant la campagne. Visiblement, il a laissé tombé le «T»...