Venezuela : Nicolas Maduro affirme que la CIA prépare un complot contre lui

POLITIQUE Le chef d'Etat a exigé des gouvernements américain, mexicain et colombien des explications concernant leur implication supposée dans un complot...

20 Minutes avec AFP

— 

Le président du Venezuela Nicolas Maduro

Le président du Venezuela Nicolas Maduro — Ariana Cubillos/AP/SIPA

Le président vénézuélien Nicolas Maduro craint-il d'être renversé ? Le chef d'Etat a exigé lundi des gouvernements américain, mexicain et colombien des explications concernant leur implication supposée dans un complot que la CIA prépare selon lui pour le déloger du pouvoir.

« Je demande au président (Donald) Trump de clarifier les mots insolents, interventionnistes du directeur de la CIA, qui pense être le gouvernement mondial », a déclaré Nicolas Maduro lors d’une cérémonie militaire.

Le directeur de la CIA visé par Maduro

Le président vénézuélien a accusé le directeur de la CIA, Mike Pompeo, d’avoir fait savoir que Washington « travaille en collaboration directe avec le gouvernement mexicain et le gouvernement colombien afin de renverser le gouvernement du Venezuela », selon les termes de Nicolas Maduro.

>> A lire aussi : Maduro chante «Despacito» pour promouvoir son Assemblée constituante, Luis Fonsi lui répond

Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Samuel Moncada, a publié sur Twitter des déclarations que Mike Pompeo, selon lui, aurait faites lors d’une interview dans le cadre du forum sur la sécurité qui s’est tenu à Aspen (Etats-Unis) le 20 juillet.

« J’étais à Bogota et à Mexico, il y a deux semaines, et j’ai précisément évoqué ce thème (une transition politique au Venezuela), en essayant de les aider à comprendre ce qu’ils pourraient faire pour obtenir de meilleurs résultats dans ce coin du monde », aurait déclaré le responsable de la CIA, selon un document cité par Samuel Moncada en espagnol.

Bogota nie toute ingérence

« J’exige (…) du gouvernement mexicain et du gouvernement colombien qu’ils clarifient ces déclarations du directeur de la CIA et qu’ils prennent des sanctions politiques et diplomatiques à la hauteur de cette insolence », a lancé M. Maduro.

Le ministère colombien des Affaires étrangères a déclaré lundi qu’il n’était jamais intervenu dans les affaires intérieures du Venezuela.

« La Colombie n’a jamais été un pays interventionniste, et nous nions l’existence d’une quelconque action ou mesure qui viserait à s’ingérer dans les affaires du Venezuela », a assuré le ministère dans un communiqué.

Une semaine décisive pour le pays

Le Venezuela entame une semaine décisive, l’opposition multipliant les initiatives pour tenter de bloquer l’élection prévue le 30 juillet de l’assemblée constituante voulue par le président Maduro.

>> A lire aussi : Trump menace Maduro de «mesures économiques» fortes

« Dimanche prochain, qu’il pleuve, qu’il tonne ou que la foudre tombe, la Constituante avance par la volonté du peuple », a lancé le président socialiste, qui accuse les Etats-Unis de financer les manifestations contre son gouvernement.

Depuis presque quatre mois, des manifestations presque quotidiennes sont organisées par l’opposition contre Nicolas Maduro, dont elle réclame le départ du pouvoir.

Depuis le début de cette vague de manifestations, 103 personnes ont été tuées et des milliers blessées, et des centaines d’arrestations ont eu lieu.