Etats-Unis: Peine maximale pour un serial killer de chats, soupçonné d'avoir tué près de 21 félins

JUSTICE Après des abus sexuels et des actes de torture sur les chats de son quartier, un jeune Californien de 26 ans vient d’être condamné à 16 ans de prison…

20 Minutes avec agence

— 

Les noms des victimes de Robert Roy Farmer : Angel, GoGo, Ichigo, Rayden, Thumper, Juniper, Babe, Traveller, Tiger, Beardsley, Chablis, Romeo. La dernière photo est celle du chat retrouvé dans la voiture.

Les noms des victimes de Robert Roy Farmer : Angel, GoGo, Ichigo, Rayden, Thumper, Juniper, Babe, Traveller, Tiger, Beardsley, Chablis, Romeo. La dernière photo est celle du chat retrouvé dans la voiture. — @Justice4Catz

Son ADN l’a trahi. Robert Roy Farmer, un habitant de San José en Californie (Etats-Unis) a été condamné vendredi dernier pour avoir tué au moins 21 chats en septembre 2015 à Cambrian Park. L’un des cadavres de félin portait des traces de violences sexuelles.

A l’époque des faits, des cadavres de félins mutilés avaient été retrouvés dans les poubelles, placés dans un sac en plastique ou dans une boîte à chaussures, selon le Mercury News.

Une trace de morsure non-animale

La psychose gagne les propriétaires lorsqu’un autre chat est retrouvé vivant, avec une trace de « morsure non-animale ». Les habitants affirment avoir aperçu un homme en train d’attirer les chats pour les enfermer dans un sac.

Robert Roy Farmer, 26 ans, fils d’un capitaine de police à la retraite, a été reconnu sur les images de la vidéosurveillance du quartier. Il a été interpellé en 2015, alors qu’il « dormait dans sa voiture avec un cadavre de chat enroulé autour de la console centrale », rapporte Mercury News.

Accusé d’abus sexuels sur un chat mort

Dans la voiture du jeune homme, les policiers retrouveront un couteau de chasse, des traces de sang, des morceaux de fourrure, et un chat mort.

Mais l’affaire prend une tournure encore plus malsaine lorsque l’autopsie pratiquée sur le cadavre de l’animal dévoile des signes « d’abus sexuels ». Le principal intéressé niera formellement ces accusations.

>> A lire aussi : Tours: Un tortionnaire de chats condamné à six mois de prison, dont trois ferme

L’expert psychiatre a décrit le suspect comme « perturbé et anti-social ». Sa famille s’est dite « mal à l’aise » en sa présence.

Une pétition pour réclamer la peine de mort

Robert Roy Farmer, qui a plaidé coupable, a été condamné à 16 ans de réclusion, mais n’a toutefois pas été fiché comme délinquant sexuel. Une pétition qui réclamait au juge d’appliquer cette peine maximale avait récolté plus de 36.000 signatures sur le site Change.org.

Le juge a par ailleurs interdit à Farmer de s’approcher d’un chat pendant 10 ans après sa libération. Dans une lettre lue par son avocat, l’accusé a témoigné : « J’ai l’impression que c’est un autre homme qui a commis ces crimes. Pourtant, je sais que c’était moi ». Des aveux qui n’ont pas suffi à réconforter les maîtres des 21 petites victimes au tribunal.