Pampelune: Quatorze plaintes pour agressions sexuelles aux fêtes de la San Fermin

ESPAGNE Par ailleurs, 64 personnes ont été blessées lors des lâchers de taureaux...

G. N. avec AFP

— 

Un lâcher de taureaux pendant les fêtes de San Fermin à Pampelune, vendredi 14 juillet.

Un lâcher de taureaux pendant les fêtes de San Fermin à Pampelune, vendredi 14 juillet. — J.P. Urdiroz/EFE/SIPA

  • Deux plaintes pour agression sexuelle et 12 plaintes pour attouchements ont été déposées à l’issue des fêtes de San Fermin à Pampelune
  • Soixante-quatre coureurs ont été blessés lors des lâchers de taureaux

Quatorze plaintes pour attouchements et agressions sexuelles ont été déposées pendant les fêtes de San Fermin à  Pampelune, ont annoncé les autorités espagnoles samedi. Deux plaintes pour agression sexuelle - catégorie qui comprend les viols en Espagne - et 12 plaintes pour attouchements ont été enregistrées, selon le communiqué publié par la mairie de Pampelune au lendemain de la fin des huit jours de festivités. Onze hommes ont été arrêtés en lien avec ces plaintes.

>> A lire aussi : Un viol et une agression sexuelle pendant les Fêtes de Bayonne

En 2016, 16 plaintes avaient été déposées, dont cinq pour viol. La ville a de nouveau mis en place cette année une campagne pour tenter de prévenir les agressions sexuelles.

Le dernier décès remonte à 2009

Par ailleurs, 64 coureurs, dont une femme, ont été blessés lors des lâchers de taureaux traditionnels organisés chaque matin dans les ruelles, en baisse d’environ 26 % par rapport à 2016, selon un communiqué du gouvernement régional de Navarre. Le chiffre est toutefois nettement supérieur à ceux des éditions 2012 à 2015. Sept personnes ont été victimes de coups de corne, contre 12 en 2016.

>> A lire aussi : Dix blessés lors des lâchers de taureaux à Pampelune

Sur l’ensemble des blessés, 12 ont été hospitalisés. Quinze personnes sont mortes depuis 1911 lors de cette cavalcade, le dernier décès remontant à 2009.

La mairie de Pampelune assure œuvrer pour redonner un caractère plus « familial » à la manifestation, marquée par des nuits où l’alcool coule à flots.