La rencontre entre Donald Trump Jr et l'avocate russe sent de plus en plus mauvais

ETATS-UNIS Au total, huit personnes étaient présentes, dont un lobbyiste formé au contre-espionnage dans l'armée soviétique...

Philippe Berry

— 

Donald Trump Jr et l'avocate russe Natalia Veselnitskaya (photomontage).

Donald Trump Jr et l'avocate russe Natalia Veselnitskaya (photomontage). — PHOTOS SIPA

Des révélations en cascade façon poupées russes. Au total, ce ne sont pas quatre mais huit personnes qui ont participé au meeting entre Donald Trump Jr et l’avocate russe proche du Kremlin Natalia Veselnitskaya, en juin 2016, ont révélé les médias américains vendredi. Et la présence d’un lobbyiste russo-américain formé au contre-espionnage dans l’armée soviétique n’arrange pas vraiment les affaires du fils du président américain ni de son gendre, Jared Kushner, lâché vendredi par l’un de ses avocats.

>> A lire aussi : Qui sont les nouveaux protagonistes de l'affaire russe?

Voici les nouveaux éléments de l’affaire :

  • Le lobbyiste russo-américain Rinat Akhmetshin a confirmé à l’agence AP qu’il était présent à la rencontre de juin 2016. A Washington, il participe à des efforts pour faire annuler des sanctions financières qui frappent la Russie. Akhmetshin n’a jamais été un espion pour Moscou, jure-t-il, mais il confirme avoir été formé au contre-espionnage dans l’armée soviétique dans les années 80.
  • Selon Akhmetshin, l’avocate, qui avait promis par un intermédiaire des informations « compromettantes » sur Hillary Clinton, aurait apporté des documents relatifs à un fonds d’investissement américain ayant des liens avec la Russie et le parti démocrate. Elle aurait laissé une pochette plastique à la réunion, selon le lobbyiste.
  • Au total, huit personnes ont participé à la rencontre : Donald Trump Jr, le gendre du président, Jared Kushner, le directeur de campagne Paul Manafort, l’avocate Natalia Veselnitskaya, le lobbyiste Rinat Akhmetshin, l’intermédiaire Rob Goldstone, un traducteur, et une mystérieuse 8e personne, qui pourrait être un représentant de la famille Agalarov (qui a contacté Donald Trump Jr via l’agent Rob Goldstone).

Donald Trump était-il au courant ?

C’est la question centrale. Le président américain a indiqué à Reuters qu’il avait été mis au courant de la rencontre « deux ou trois jours » avant la publication de l’article du New York Times, la semaine dernière. Mais en route pour Paris, à bord d’Air Force One, il a changé sa version, affirmant que le meeting avait « peut-être » été mentionné avant, sans qu’il soit au courant que des informations compromettantes sur Clinton aient été proposées.

Le doute est permis. Quelques heures après que la rencontre a été confirmée par email, Donald Trump promet un discours « pour la semaine prochaine, sans doute lundi, où on va discuter de tout ce qui se passe avec les Clinton », notamment des accusations de corruption contre leur fondation. « Hillary a fait du département d’Etat en son propre hedge funds », accuse Trump.

Les premiers documents piratés publiés six jours plus tard

Mais selon Donald Trump Jr, le meeting « n’a rien donné ». Et la conférence de presse promise n’a jamais eu lieu. En revanche, six jours plus tard, Guccifer 2.0 – un alias regroupant des hackers employés par le Kremlin, selon la CIA – publie un document financier volé sur les serveurs du parti démocrate. Une coïncidence n’est pas exclue, mais la chronologie, et les versions qui n’arrêtent pas de changer, devraient sans doute intéresser le procureur spécial Robert Mueller.