Affaire russe: Le fils de Donald Trump publie des emails explosifs

ETATS-UNIS Donald Trump Jr a accepté un rendez-vous avec une avocate russe promettant des «informations compromettantes» sur Hillary Clinton obtenues par Moscou...

Philippe Berry

— 

Donald Trump Jr, fils aîné du président américain.

Donald Trump Jr, fils aîné du président américain. — Kathy Willens/AP/SIPA

Panique à bord. Alors que le New York Times s’apprêtait à publier les emails échangés entre le fils de Donald Trump et un intermédiaire pour organiser un rendez-vous avec une avocate russe promettant « des informations compromettantes » sur Hillary Clinton, le fils du président américain a pris les devants, mardi. Sur Twitter, Donald Trump Jr a publié la conversation intégrale, et des passages-clés relancent la thèse d’une possible collusion avec Moscou. De son côté, Donald Trump, après un silence de plusieurs jours, a réagi dans la soirée, saluant « la transparence » de son fils, « une personne de grande qualité ». Ce dernier a affirmé dans la soirée dans une interview à Fox News qu’il n’avait pas mis son père au courant car « il n’y avait rien à rapporter ».

« Soutien de la Russie à Mr Trump »

« Si c’est ce que vous dites, j’adore ça, particulièrement plus tard cet été », répond Donald Trump Jr, le 3 juin 2016. « Le procureur général de Russie a offert de fournir à la campagne de Trump des documents officiels et des informations compromettantes sur Hillary Clinton qui seraient très utiles à votre père », écrit Rob Goldstone, un ancien journaliste britannique. Avant la convention républicaine, ce dernier a contacté le fils de Donald Trump pour organiser une rencontre avec l’avocate russe Natalia Veselnitskaya, proche du Kremlin et du procureur en question.

>> A lire aussi : Les nouveaux protagonistes de l'affaire russe

Mais le passage qui pourrait coûter cher au président américain est le suivant : « Il s’agit d’informations très sensibles » obtenues « dans le cadre du soutien de la Russie et de son gouvernement à Mr Trump », écrit explicitement Goldstone. Depuis plus d’un an, la campagne de Donald Trump a toujours catégoriquement nié avoir été au courant de la tentative d’ingérence russe.

Peu de temps après, Donald Trump Jr a fait suivre l’échange à Paul Manafort, qui était à l’époque le directeur de la campagne, et à Jared Kushner, le gendre du candidat.

« Je pensais que c’était de la recherche d’opposition »

Sur Twitter, Donald Trump Jr explique avoir publié la conversation intégrale dans un souci de « transparence ». « Je pensais que les informations qu’ils disaient avoir sur Hillary Clinton étaient de la recherche d’opposition », jure le fils du président.

Selon le sénateur démocrate Tim Kaine, ces nouvelles révélations sont « explosives ». Le républicain Lindsay Graham juge l’échange « dérangeant », et la commission d’enquête du Sénat veut auditionner le fils du président. L’élu démocrate Seth Moulton, lui, n’y va pas par quatre chemins et conclut : « Si ce n’est pas de la trahison, je ne sais pas ce que c’est. »

 

Mots-clés :