Incendie de la Grenfell Tower à Londres: Pas de bilan définitif «avant la fin de l'année»

GRANDE-BRETAGNE Le bilan actuel de 80 morts pourrait encore s’alourdir…

20 Minutes avec AFP

— 

Un pompier londonien engagé dans l'opération de sécurisation de la Grenfell tower, ce mercredi 14 juin.

Un pompier londonien engagé dans l'opération de sécurisation de la Grenfell tower, ce mercredi 14 juin. — Rick Findler/AP/SIPA

Le bilan définitif de l’incendie de la tour Grenfell de Londres ne sera pas connu avant la fin de l’année. « Il faudra de longs mois avant que nous soyons en mesure de donner un bilan définitif », a confirmé Fiona McCormack, une des responsables de la police scientifique de Londres, lors d’un point de presse.

« Nous pensons qu’environ 80 personnes sont mortes ou présumées mortes » dans l’incendie qui a ravagé cet immeuble de logements sociaux dans la nuit du 13 au 14 juin, a précisé Fiona McCormack. Le bilan reste donc inchangé par rapport au dernier chiffre communiqué par la police qui était de 79 morts ou présumés morts.

Sans nouvelle des occupants de 23 des 129 appartements

La responsable de Scotland Yard a précisé que la police n’avait à ce jour pas réussi à nouer contact avec les occupants de 23 des 129 appartements de la tour, située dans le plus riche quartier de Londres, à Kensington et Chelsea. « Cela nous amène à penser que personne dans ces 23 appartements n’a survécu », a-t-elle souligné.

>> A lire aussi : Un frigo défectueux serait à l'origine du drame

D’anciens résidents de la tour, peu convaincus par le bilan de la police, ont entrepris des démarches parallèles pour tenter de déterminer le nombre de disparus, écrit le quotidien The Guardian ce mercredi. L’un d’entre eux, Sajad Jamalvatan, un étudiant en ingénierie biomédicale qui habitait au 3e étage de la tour, a déclaré au journal que le nombre de morts dépassait probablement les 120.

La tragédie continue à provoquer de profonds remous dans la classe politique et a donné lieu à une violente passe d’armes mercredi au parlement entre la Première ministre Theresa May et le chef de l’opposition travailliste, Jeremy Corbyn.