Incendie de Londres: Le bilan monte à 79 morts ou présumés morts

ROYAUME-UNI Ce bilan très lourd a provoqué la colère des survivants et proches des victimes...

20 Minutes avec AFP

— 

Le bilan de l'incendie de la tour Grenfell à Londres s'est alourdi ce samedi. Il y a au moins 58 personnes déclarées mortes par les autorités britanniques.

Le bilan de l'incendie de la tour Grenfell à Londres s'est alourdi ce samedi. Il y a au moins 58 personnes déclarées mortes par les autorités britanniques. — Tolga AKMEN / AFP

Le bilan continue de s’alourdir. Soixante-dix-neuf personnes sont mortes ou présumées mortes dans l’incendie de la tour Grenfell de Londres, a indiqué la police ce lundi.

« Je crains qu’il y ait désormais 79 personnes dont nous pensons qu’elles sont mortes ou sont disparues et dont nous présumons donc qu’elles sont mortes », un chef de la police, Stuart Cundy.

L’incendie, d’origine inconnue, a ravagé dans la nuit de mardi à mercredi un immeuble de logements sociaux de l’ouest de la capitale britannique.

Colère et tension

Ce bilan très lourd a provoqué la colère des survivants et proches des victimes, qui accusent les autorités locales de ne pas avoir entendu les cris d’alerte concernant la sécurité du bâtiment, situé dans le plus riche quartier de Londres, Kensington et Chelsea, parce qu’ils provenaient d’une population majoritairement modeste.

De nombreux résidents ont ainsi affirmé qu’il n’y avait pas d’issue de secours, pas d’extincteur, pas d’alarmes incendie.

Vendredi, plusieurs centaines d’autres étaient rassemblées à l’extérieur de la mairie de quartier de Kensington et Chelsea, dans une atmosphère très tendue, reprochant aux autorités de cacher le nombre réel de victimes et de les tenir dans l’ignorance.

>> A lire aussi : «Nous ne pouvons pas sortir», les derniers mots d'un couple italien

Un des volontaires a été pris à partie par la foule, qui pensait qu’il s’agissait du directeur général de la société en charge de l’immeuble, a déclaré son épouse au Daily Telegraph. Robert Outram, 56 ans, a été confondu avec Robert Black, directeur général de l’entreprise Kensington and Chelsea Tenant Management Organisation (KCTMO).

Il a déclaré qu’il avait été attaqué, avec un de ses collègues, par un groupe de manifestants après que l’un d’eux a déclaré « ce sont ces deux-là ».

Angela Outram, son épouse, a déclaré que son époux avait reçu « un gros coup sur la tête et avait été frappé ». « Il a été très secoué », a-t-elle souligné, rappelant que son mari « n’avait rien à voir avec les faits et qu’il a porté secours aux victimes ». « Sa photo est sur Internet avec le mauvais nom », a-t-elle encore expliqué.