VIDEO. Incendie de Londres: Le bilan s'alourdit avec 58 personnes considérées comme mortes

GRANDE-BRETAGNE L’incendie de la tour Grenfell a été évoqué par la reine Elizabeth II lors de son discours de célébrations de son 91e anniversaire…

F.H. avec AFP

— 

Le bilan de l'incendie de la tour Grenfell à Londres s'est alourdi ce samedi. Il y a au moins 58 personnes déclarées mortes par les autorités britanniques.

Le bilan de l'incendie de la tour Grenfell à Londres s'est alourdi ce samedi. Il y a au moins 58 personnes déclarées mortes par les autorités britanniques. — Tolga AKMEN / AFP

  • L’opération de recherche des corps va prendre du temps, annonce un haut responsable de la police de Londres
  • Près de 600 personnes habitaient dans cet immeuble de 120 appartements

Le bilan de l’incendie de la tour Grenfell à Londres s’est alourdi ce samedi. « Cinquante-huit personnes […] sont portées disparues et donc je dois tristement présumer qu’elles sont mortes », a indiqué Stuart Cundy, un haut responsable de la police de la capitale britannique.

« Ce nombre de 58 pourrait changer. J’espère que ce ne sera pas le cas, mais il pourrait augmenter », a-t-il ajouté, précisant que sur ce nouveau bilan, provisoire, 30 décès étaient confirmés et que 16 corps découverts dans cet immeuble de logements sociaux avaient été transportés à la morgue.

Des pancartes « Justice pour Grenfell » près du 10, Downing Street

L’officier a souligné que l’opération de recherche des corps prendrait du temps, « des semaines », peut-être davantage, en raison de l’état de la tour, ravagée par un incendie d’origine inconnue dans la nuit de mardi à mercredi. L’ampleur du bilan, qui s’alourdit de jour en jour, a choqué l’opinion publique et provoqué la colère des proches des victimes et des membres de leur communauté.

>> A lire aussi: «Nous ne pouvons pas sortir», les derniers mots d'un couple italien

Samedi encore, des manifestants ont brandi des pancartes « Justice pour Grenfell » non loin du 10, Downing Street, où se trouvent les bureaux de la Première ministre conservatrice Theresa May.

Le contraste entre Elizabeth II et Theresa May

Dans ce climat de deuil, la reine Elizabeth II a adressé à ses sujets un message d’une gravité inhabituelle alors qu’ont lieu les célébrations pour son 91e anniversaire. « Cette année, il est difficile de ne pas ressentir la très sombre humeur nationale », déclare-t-elle en invitant les Britanniques à puiser dans leurs ressources, dans leur histoire, pour répondre à la « succession de terribles tragédies » des derniers mois : trois attentats sanglants et l’incendie de la tour Grenfell. « Quand il est mis à l’épreuve, le Royaume-Uni se montre déterminé face à l’adversité », insiste la très populaire souveraine.

>> A lire aussi: Lily Allen accuse les autorités de mentir sur l'incendie de Londres

La reine s’était rendue vendredi au chevet des victimes de l’incendie. L’image d’Elizabeth II discutant avec des membres de la communauté locale a offert un contraste saisissant avec la réaction de Theresa May qui, après s’être rendue sur place jeudi sans rencontrer la population, y est retournée le lendemain sous les huées.

La dirigeante a reçu samedi à Downing Street un groupe de résidents et de victimes, au lendemain d’une journée de protestations lors de laquelle des manifestants ont envahi la mairie de quartier de Kensington et Chelsea (ouest de Londres), où se trouve la tour, aux cris de « Honte à vous », « Tueurs ».

19 personnes encore hospitalisés

Les autorités locales sont accusées de ne pas avoir entendu les cris d’alerte concernant la sécurité du bâtiment de 24 étages parce qu’ils provenaient d’une population majoritairement modeste. De nombreux résidents ont affirmé qu’il n’y avait pas d’issue de secours, pas d’extincteur, pas d’alarmes incendie. Le revêtement installé l’an dernier sur la façade aurait en outre favorisé la propagation de l’incendie.

Autant de questions qui seront passées au crible par les enquêteurs pour déterminer pourquoi le feu a pris, et « comment il a progressé », a indiqué Stuart Cundy, promettant que les éventuels responsables seraient traduits en justice.

Selon le service de santé public NHS, 19 personnes étaient toujours hospitalisées samedi, dont 10 dans un état critique. Près de 600 personnes habitaient dans cet immeuble de 120 appartements.

Pour le moment, seules deux victimes ont été nommées. Il s’agit de Mohammed Alhajali, un réfugié syrien de 23 ans qui étudiait l’ingénierie civile, et d’une photographe britannique de 24 ans, Khadija Saye. Sept Marocains figurent probablement parmi les victimes, a annoncé le ministère marocain des Affaires étrangères.