Limogeage de Comey: Le ministre de la Justice garde le silence sur ses conversations avec Trump

ETATS-UNIS Les deux heures de Jeff Sessions devant la commission du Sénat n'ont pas fait avancer l'affaire d'un pouce...

P.B. avec AFP

— 

Le ministre américain de la Justice, Jeff Sessions, le 13 juin 2017, lors d'une audition devant le Sénat.

Le ministre américain de la Justice, Jeff Sessions, le 13 juin 2017, lors d'une audition devant le Sénat. — NEWSCOM/SIPA

« Je ne me souviens pas », « Je ne peux pas parler de ça ». Devant les sénateurs américains, l’attorney general Jeff Sessions, qui témoignait dans le cadre de l’enquête sur la Russie, ne s’est pas montré très bavard, mardi. Mais il s’est fâché tout rouge en qualifiant de « mensonge détestable » l’idée qu’il aurait pu être de connivence Moscou pendant la campagne. Pour le reste, il faudra sans doute attendre que le procureur spécial Robert Mueller délie les langues à coup de déposition.

Ses rencontres avec l’ambassadeur russe Sergey Kislyak

Sessions a oublié de signaler deux rencontres en tête-à-tête avec l’ambassadeur russe, mais il a juré qu’il n’y en avait pas eu de troisième – contrairement une possibilité évoquée par CNN. « Je l’ai peut-être croisé dans une réception », a-t-il dit au sujet d’une réunion politique organisée en avril 2016 dans un grand hôtel de Washington, où les deux hommes étaient présents, mais il ne se « souvient pas lui avoir parlé ».

Silence radio sur ses conversations avec Trump sur le limogeage de Comey

Donald Trump a-t-il viré son directeur du FBI à cause de sa gestion de l’enquête sur les emails d’Hillary Clinton, comme l’affirme la version officielle, ou à cause de l’enquête sur la Russie, comme l’a sous-entendu le président américain dans une interview ? Sessions refuse de répondre sur le contenu de sa conversation avec Donald Trump, invoquant « la tradition » du ministre de la Justice de ne pas divulguer des propos d’un président américain. Un sénateur démocrate s’emporte : « Vous avez juré de dire toute la vérité, et là, vous faites de l’obstruction ! »

La version de Comey légèrement contredite

« Je me souviens avoir été un des derniers à sortir » de la pièce, relate le ministre de la Justice. Trump et Comey étaient selon lui occupés à discuter. « Cela ne m’a pas paru être un problème. » Sessions confirme que le directeur du FBI lui a fait part de sa « préoccupation » après cette rencontre. Mais il nie avoir gardé le silence. « Je lui ai répondu en me disant d’accord sur le fait que le FBI et le ministère de la Justice devaient être prudents dans les règles de communication avec la Maison blanche ». Donald Trump a-t-il demandé à James Comey de « laisser tomber » l’enquête sur son conseiller Michael Flynn ? Jeff Sessions n’était pas dans la pièce. La Maison Blanche enregistre-t-elle les conversations dans le bureau ovale ? Sessions n’en sait rien. Deux heures pour rien.

 

Mots-clés :