Israël a annoncé, dimanche soir, avoir pris la décision de réduire à deux heures par jour l’approvisionnement en électricité de la bande de Gaza. La mesure suscite l’inquiétude parmi les acteurs du monde humanitaire et au sein de la communauté internationale face au risque de nouvelles explosions de violence dans cette partie de la Palestine tenues par le Hamas.

Un conflit avec Mahmoud Abbas

Outre trois guerres l’opposant à Israël depuis 2008, le territoire est également déchiré par les affrontements entre factions palestiniennes. Ce sont d’ailleurs des désaccords entre différents représentants palestiniens qui seraient à l’origine de la décision israélienne, a indiqué Gilad Erdan, le ministre de la Sécurité intérieure.

>> A lire aussi : Le Hamas dit accepter un Etat palestinien limité aux frontières de 1967

Comme l’a expliqué ce dernier, « il serait illogique qu’Israël paye une partie de la facture » alors que le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, a pris l’initiative de « réduire de façon significative » le règlement des factures d’alimentation en électricité.

>> A lire aussi : Mahmoud Abbas réélu à la tête du Fatah

Malgré le conflit israélo-palestinien toujours en cours, Israël coopère avec l’Autorité de Mahmoud Abbas dans plusieurs secteurs et fournit la majorité de l’électricité consommée dans la bande de Gaza.

Un accès limité à l’électricité en plein ramadan

Dans cette région située au bord du désert, les Gazaouis vont donc voir leur accès au courant électrique limité en plein ramadan et à l’approche de l’été. Une situation qu’Abdellatif al-Qanoue, porte-parole du Hamas, a comparée dans un communiqué à « une catastrophe » provoquée par une « demande de Mahmoud Abbas ».

>> A lire aussi : VIDEO. Le lexique pour comprendre le conflit israélo-palestinien

Quant à Gilad Erdan, il a estimé que face à cette pénurie d’électricité, « il se peut que les Palestiniens commencent à comprendre la catastrophe que représente pour eux le Hamas ».