VIDEO. Audition de James Comey: Donald Trump touché mais pas coulé

RUSSIAGATE L’ex-directeur du FBI accuse le président américain d’avoir fait pression sur lui et de l’avoir limogé « à cause de l’enquête russe »…

Philippe Berry

— 

L'ex-directeur du FBI, James Comey, lors de son audition devant une commission du sénat américain à propos de l'enquête sur la campagne de Donald Trump et la Russie, le 8 juin 2017.

L'ex-directeur du FBI, James Comey, lors de son audition devant une commission du sénat américain à propos de l'enquête sur la campagne de Donald Trump et la Russie, le 8 juin 2017. — Alex Brandon/AP/SIPA

Règlement de comptes à Washington. L’ex-directeur du FBI limogé par Donald Trump a accusé la Maison Blanche de « mensonge » et de « diffamation » devant une commission du sénat américain, jeudi. Surtout, James Comey a contredit sous serment le président américain, affirmant que ce dernier lui avait demandé de « laisser tomber » l’enquête sur les liens entre son conseiller Michael Flynn et la Russie. « J’estime qu’il m’a limogé à cause de l’enquête russe », a conclu l’ex-super flic.

Dans la foulée, Donald Trump a juré par la voix de son avocat qu’il n’avait jamais exigé la « loyauté » de Comey et qu’il ne lui avait pas demandé de « lâcher l’affaire » sur son ex-conseiller. A ce stade, c'est donc «parole contre parole», mais celle de l'ex-directeur du FBI, qui a pris des notes détaillées après chaque tête à tête avec le président américain, a beaucoup de poids.

>> A lire aussi : Revivez l'audition en direct

Débat sur une possible « obstruction à la justice »

Le sénateur démocrate Joe Manchin a posé la question la plus importante de la journée : « S’agit-il d’un cas d’obstruction à la justice ? » James Comey a réfléchi un moment : « Je ne sais pas. Cela sera à Bob Mueller [le procureur spécial] de le déterminer. » Les républicains de la commission ont aussitôt minimisé les propos rapportés de Donald Trump, soulignant que « J’espère que vous pourrez laisser tomber» exprimait un désir. Réplique de Comey : « Pourquoi alors a-t-il demandé à tout le monde de quitter la pièce ? Je l'ai interprété comme une directive.»

Malgré ce témoignage accablant, on est loin d’un éventuel impeachment. Les républicains sont majoritaires au Congrès et « aucun n’a l’air de vouloir agir pour l’instant », estime Chris Edelson, professeur de sciences politiques à l’université de Washington. Selon lui, la balle est désormais dans le camp du procureur Mueller, qui a le pouvoir de convoquer Donald Trump pour une déposition sous serment. To be continued…

Mots-clés :