Répondre au mépris par le mépris. Au lendemain des attaques qui ont fait au moins sept morts et une cinquantaine de blessés, dans le centre de Londres, le maire de la capitale britannique Sadiq Khan a bien appliqué la règle ce dimanche au président des Etats-Unis Donald Trump.

>> A lire aussi : Suivez en direct la situation après l'attentat de Londres

« Si nous ne sommes pas malins, cela ne fera qu’empirer »

Dans une série de tweets acrimonieux et accusateurs publiés dimanche matin, Donald Trump s’en était pris au maire de Londres, Sadiq Khan, l’accusant de ne pas prendre au sérieux la menace terroriste.

« Au moins 7 morts et 48 blessés dans un attentat terroriste et le maire de Londres dit qu’il n’y a "pas de raison d’être alarmés !" », a tweeté Donald Trump à propos de Sadiq Khan.

Ce dernier avait pourtant condamné « dans les termes les plus forts possibles » l’attentat londonien, qui a replongé le Royaume-Uni dans la tourmente une semaine seulement après celui de Manchester. Le maire de Londres y a notamment vu des « actes barbares ».

« Nous devons cesser d’être politiquement corrects et nous mettre au travail sur la sécurité pour les nôtres. Si nous ne sommes pas malins, cela ne fera qu’empirer », a de son côté prévenu Donald Trump.

« Avez-vous remarqué que nous n’avons pas de débat sur les armes en ce moment même ? a conclu le président républicain. C’est parce qu’ils ont utilisé des couteaux et un camion ! »

>> A lire aussi : Attentat à Londres. La Grande-Bretagne plusieurs fois visée par des attentats depuis 2005

Le maire « a des choses plus importantes à faire »

Quelques heures après cette mise en cause publique du président américain, Sadiq Khan a mouché Donald Trump, par voie de communiqué.

Le maire « a des choses plus importantes à faire que de répondre au tweet mal informé de Donald Trump, qui sort délibérément du contexte ses remarques appelant les Londoniens à ne pas s’alarmer » du renforcement des forces de police dans les rues de la capitale, a indiqué son porte-parole.

>> A lire aussi : Attentat de Manchester. Trois questions sur l’opération anti-terroriste «Temperer» déclenchée au Royaume-Uni