G7 en Sicile: Climat, terrorisme... Les dossiers chauds abordés lors de la première journée du sommet

DIPLOMATIE La question de la lutte contre le réchauffement climatique n’a pas progressé, a notamment indiqué le président du Conseil italien Paolo Gentiloni…

20 Minutes avec AFP

— 

Les sept chefs d'Etat et de gouvernement ont posé tout sourire pour une photo dans le majestueux théâtre grec de Taormina.

Les sept chefs d'Etat et de gouvernement ont posé tout sourire pour une photo dans le majestueux théâtre grec de Taormina. — AFP

Taormina, jour 1. Les dirigeants des pays les plus riches du monde se sont retrouvés ce vendredi en Sicile pour un « difficile » sommet du G7 où les divergences avec les Etats-Unis, sur le climat ou le commerce international, étaient au cœur des discussions.

A la mi-journée, les sept chefs d’Etat et de gouvernement ont posé tout sourire pour une photo dans le majestueux théâtre grec de cette petite station balnéaire sicilienne, avant de se diriger à pied vers le lieu de la rencontre, au centre de la ville surplombant la mer Méditerranée. De nombreux sujets ont été abordés, notamment la lutte contre le changement climatique, le terrorisme, le commerce international, la politique de sanctions vis-à-vis de la Russie

Climat : pas d’avancée, Washington toujours indéterminé

Le président du Conseil italien Paolo Gentiloni a admis que la question de la lutte contre le réchauffement climatique n’avait pas progressé lors de la première journée du sommet du G7, les Etats-Unis étant toujours en phase de « réflexion interne ».

« L’administration américaine a une réflexion interne sur la question, et les autres pays en ont pris acte. Nous avons pour notre part réaffirmé notre engagement total » pour l’accord de Paris sur le climat, a affirmé Paolo Gentiloni lors d’une courte déclaration devant la presse.

Terrorisme : plus d’effort pour les fournisseurs d’internet et les réseaux sociaux

Les dirigeants du G7 réunis à Taormina en Sicile ont également appelé les acteurs de l’internet à se mobiliser davantage pour mieux contrôler les contenus radicaux, répondant à une demande de la Grande-Bretagne, frappée mardi par un attentat meurtrier.

>> A lire aussi : Donald Trump peut-il remettre en cause l’Accord de Paris?

« Le G7 appelle les fournisseurs d’internet et les réseaux sociaux à accroître substantiellement leurs efforts pour résoudre le problème des contenus terroristes », selon la déclaration commune signée par les dirigeants de sept des pays les plus riches de la planète (Etats-Unis, Japon, Allemagne, France, Grande-Bretagne, Canada et Italie).

Russie : Washington exclut d’alléger les sanctions

Washington exclut d’alléger les sanctions visant la Russie pour son rôle dans la crise ukrainienne, a déclaré ce vendredi un conseiller du président américain Donald Trump, en marge du sommet du G7 à Taormina, en Italie. « Nous n’allégeons pas les sanctions. Si nous devions faire quelque chose, nous penserions probablement à être plus durs avec la Russie », a déclaré Gary Cohn, qui avait auparavant laissé entendre que les Etats-Unis n’avaient pas arrêté leur position sur le sujet.

« Le président veut maintenir les sanctions. Et il a clairement dit à quelles conditions elles pourraient être levées », a ajouté Gary Cohn. « Je ne veux pas qu’il y ait la moindre confusion sur ce sujet », a-t-il martelé.