Anthony Weiner et Huma Abedin, le 2 mai 2016 à New York, lors d'un gala de charité.
Anthony Weiner et Huma Abedin, le 2 mai 2016 à New York, lors d'un gala de charité. - Evan Agostini/AP/SIPA

«J'ai une maladie mais je n'ai pas d'excuse.» Des sanglots dans la voix, Anthony Weiner, l'ancien élu démocrate aux «sexpics» Twitter, a plaidé coupable vendredi pour envoyé des «sextos» à une mineure de 15 ans, un délit passible de 10 ans de prison.

Weiner, 52 ans, a présenté ses excuses à l'adolescente et à sa famille. «Je sais que c'était moralement répréhensible et illégal», a déclaré, la voix brisée, Anthony Weiner, devant la juge fédérale de Manhattan Loretta Preska. L'élu déchu a accepté de ne pas faire appel de sa peine si elle était comprise entre 21 et 27 mois de prison. Il sera fixé sur son sort le 8 septembre.

Weiner a peut-être coûté l'élection à Clinton

L'affaire avait indirectement relancé l'enquête sur les emails d'Hillary Clinton. En fouillant son PC, le FBI avait en effet trouvé des courriels de la candidate démocrate car Weiner partageait son ordinateur avec sa compagne Huma Abedin, proche conseillère de Clinton.

Le directeur du FBI, James Comey, avait annoncé avec fracas qu'il rouvrait l'enquête à 11 jours de l'élection avant de conclure quelque jours plus tard que la plupart des emails étaient des doublons que les autorités possédaient déjà. Même s'il est difficile d'attribuer l'issue du scrutin à un seul facteur, le site de big data FiveThirtyEight estime que la décision de Comey a sans doute coûté l'élection à Clinton, qui avait perdu environ 3 points dans les sondages dans les derniers jours. Avec des si...

Mots-clés :