L'anneau en métal s'est logé dans l'oesophage de la fillette.
L'anneau en métal s'est logé dans l'oesophage de la fillette. - Kelly Rose Joniec

Une jeune Américaine de 10 ans, Britton Joniec, a échappé au pire le 13 mai dernier. La fillette a failli s’étouffer avec une petite pièce de son « hand spinner », une toupie manuelle qui fait fureur auprès des écoliers du monde entier.

Initialement vendue comme gadget déstressant, notamment auprès des enfants souffrant d’hyperactivité, le « hand spinner », ou « toupie fidget », est composé de trois parties mobiles tournant autour du noyau central grâce à un roulement à billes.

>> A lire aussi : VIDEO. Le Hand Spinner, la toupie qui fait tourner la tête des petits et grands

La fillette s’étrangle dans la voiture

L’accident s’est produit dans la voiture de la famille, au retour d’une compétition de natation. En voulant nettoyer sa toupie, la petite fille a avalé par mégarde l’un des anneaux en métal du jouet.

La mère de famille, Kelly Rose, en entendant sa fille s’étrangler et en la voyant baver abondamment, a rapidement compris que quelque chose n’allait pas, comme elle l’explique sur Facebook. Elle a tenté sans succès la manœuvre de Heimlich sur l’enfant, avant de l’emmener aux urgences.

L’anneau repéré grâce à une radiographie

« Je me suis précipitée aux urgences où ils l’ont prise en charge pour l’empêcher d’étouffer. Ils avaient du mal à localiser l’objet étranger (…) et ils nous ont transférés d’urgence en ambulance à l’hôpital pour enfants du Texas », raconte la maman.

C’est finalement grâce à une radiographie que les médecins ont pu localiser l’anneau du « hand spinner », qui s’était logé dans l’œsophage de l’enfant. Il a pu être retiré sous endoscopie.

>> A lire aussi : VIDEO. Etats-Unis: Une conductrice de bus sauve un enfant en train de s'étouffer

Une polémique de plus

Cette mésaventure constitue une polémique supplémentaire dont le « hand spinner » se serait bien passé : le jouet a déjà été banni de nombreuses cours de récréation dans le monde entier, notamment aux Etats-Unis où certains enseignants lui reprochent de déconcentrer les élèves. « Les enfants les échangent ou les tournent au lieu d’écrire », déplore Kate Ellison, directrice d’une école de Washington, citée par le Chicago Tribune.

Elle a récemment interdit ces toupies, précisant que l’école possédait d’autres solutions - comme des balles anti-stress - pour les enfants ayant du mal à canaliser leur énergie.

Mots-clés :