Royaume-Uni: Ses parents gagnent au loto et lui donnent 1,8 million d’euros, il les attaque en justice pour avoir plus

JUSTICE Le juge a donné raison aux deux parents…

Manon Aublanc

— 

Illustration d'un ticket euromillion

Illustration d'un ticket euromillion — SEBASTIEN SALOM-GOMIS/SIPA

Un enfant pourri gâté. Deux parents ont dû faire face à une plainte pour le moins étonnante. Après avoir gagné à l’Euromillions, ils ont été attaqués en justice par leur fils, mécontent de ne plus être pris en charge par ses parents.

>> A lire aussi : Euromillions: Pourquoi certaines personnes ne vont pas chercher leurs gains

En 2011, Dave Dawes et son épouse Angela ont gagné 110 millions d’euros à l’Euromillions. Les deux parents offrent 1,8 million d’euros à leur fils Michael, une somme que ce dernier juge insuffisante. Le garçon, qui estime devoir « être subventionné à vie » par ses parents, vient de porter plainte contre eux.

Plus de 30.000 euros dépensés par mois 

En 2011, Michael, un ancien officier de la marine est de retour d’Afghanistan. Ses parents ayant gagné le gros lot quelques mois plus tôt, il reçoit 1,8 million d’euros. Le jeune homme décide de cesser son activité professionnelle et de profiter pleinement de ce pactole avec son compagnon James Beedle. Très vite les dépenses sont exorbitantes : une villa à 500.000 euros pour une villa, 250.000 euros pour la famille de Beedle et leurs amis. Le tout dépensé en seulement deux ans.

>> A lire aussi : Euromillions: Harcèlement, divorce... Comment la vie d'une gagnante est devenue un cauchemar

Selon le juge chargé du dossier, Nigel Gerald, le couple formé par Michael et James allait jusqu’à dépenser plus de 30.000 euros par mois. L’ancien marine « avait les fonds nécessaires pour avoir une vie confortable », mais se comportait comme un « enfant gâté » qui s’attendait à ce que son père lui renfloue le compte en banque, a expliqué le juge. Son père, Dave Dawes aurait été « déconcerté » lorsque son fils lui a réclamé plus de fonds en 2012. Le juge a donné raison aux deux parents, qui n’auront aucune obligation de renflouer les caisses de leur fils.