VIDEO. Mauvaise nouvelle pour Trump, un procureur spécial nommé dans l'enquête sur la Russie

ETATS-UNIS Face aux polémiques, le ministère de la Justice a choisi l'ancien patron du FBI Robert Mueller pour opérer en relative indépendance...  

P.B. avec AFP

— 

L'ancien directeur du FBI, Robert Mueller, a été nommé procureur spécial dans l'enquête Trump-Russie, le 17 mai 2017.

L'ancien directeur du FBI, Robert Mueller, a été nommé procureur spécial dans l'enquête Trump-Russie, le 17 mai 2017. — J.CHIU/SIPA/AP

C’était le scénario que Donald Trump voulait éviter à tout prix. Mardi, le département de la Justice a nommé un procureur spécial pour mener l’enquête sur l’ingérence russe dans l’élection présidentielle de 2016 et une possible collusion entre Moscou et des membres de l’équipe de campagne de Donald Trump.

L’homme qui sera chargé de faire toute la lumière sur l’affaire, en relative indépendance du pouvoir, politique s’appelle Robert Mueller. Et de l’avis général, celui qui a servi pendant 12 ans comme directeur du FBI, qui a sauvé l’organisation après le 11-septembre et tenu tête à George W. Bush avant de prolonger à la demande de Barack Obama, est sans doute l’homme le plus incorruptible d’Amérique.

« Comme je l’ai dit à de nombreuses reprises, une enquête complète confirmera ce que nous savons déjà : il n’y a eu aucune collusion entre mon équipe de campagne et une entité étrangère », a réagi Donald Trump via un communiqué.

La Maison Blanche n’a pas été prévenue

C’est le numéro deux de la Justice, Rod Rosenstein – en charge jusqu’ici de l’affaire car son chef, Jeff Session, a été forcé de se récuser – qui a pris cette décision. "Cela ne signifie pas que des délits ont été commis ou que des poursuites sont nécessaires. Compte tenu des circonstances actuelles particulières, j’ai estimé que l’intérêt public demande de placer cette enquête sous l’autorité d’une personne qui exerce un degré d’indépendance vis-à-vis de la hiérarchie habituelle », a précisé Rosenstein. Selon NBC, il n’a pas prévenu à l’avance la Maison Blanche pour marquer symboliquement l’indépendance du procureur spécial.

Cette annonce survient un peu plus d’une semaine après le limogeage choc par Donald Trump du chef du FBI James Comey et au moment où le président américain est accusé d’avoir cherché à entraver cette enquête en faisant pression sur Comey pour qu’il arrête d’enquêter sur son ex-conseiller Michael Flynn.

Mueller, un homme admiré par les deux partis

Cette décision a été applaudie par les démocrates, qui réclamaient la nomination d’un procureur spécial depuis des mois. « L’ancien directeur Mueller est exactement l’homme de la situation. J’ai fait désormais bien plus confiance dans l’enquête pour qu’elle aille là où les preuves la conduiront », a déclaré le leader de la minorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer.

Bernie Sanders, Marco Rubio, tout le monde a salué ce choix. L’ancien procureur Jack Goldsmith, rédacteur en chef du blog Lawfare, a travaillé avec Bob Mueller, loue sur Twitter son « intégrité extraordinaire ». Même son de cloche chez le journaliste Garrett Graff : « Mueller est l’homme le plus droit d’Amérique. J’ai passé trois ans à écrire sa biographie, il n’y a pas un soupçon de politique ou de partisanerie en lui ». Une chose est sûre : quelle que soit sa conclusion dans l’enquête sur la Russie, elle sera respectée par chaque membre du Congrès.

 

Mots-clés :