Le pape François veut «écouter» Donald Trump avant de le juger

CHARITé Le souverain pontife et le président américain doivent se rencontrer le 24 mai au Vatican...

Benjamin Chapon

— 

Le pape François s'adresse à des journalistes dans un avion le ramenant du Portugal (le 13 mai 2017)

Le pape François s'adresse à des journalistes dans un avion le ramenant du Portugal (le 13 mai 2017) — Tiziana Fabi/AP/SIPA

Le pape François a déclaré samedi qu’il espérait s’appuyer sur des terrains d’entente avec le président américain Donald Trump, qu’il recevra le 24 mai au Vatican, assurant qu’il ne portait « jamais de jugement sur une personne sans l’écouter. » Interrogé dans l’avion qui le ramenait du Portugal, le pape n’a pas voulu aborder les sujets qui fâchent avec Donald Trump, alors que les deux hommes ont des positions très différentes sur des sujets allant des migrations au changement climatique.

« Je ne porte jamais de jugement sur une personne sans l’écouter. Je crois qu’il n’est pas possible de faire cela. Je dirai ce que je pense, il dira ce qu’il pense. » Il y a « toujours des portes qui ne sont pas fermées », a insisté le souverain pontife, en expliquant que sa méthode était de « chercher les portes qui au moins sont un peu ouvertes, entrer et parler des choses communes, et aller de l’avant, pas à pas. »

Tout avait mal commencé entre eux

« La paix est artisanale, elle se fait chaque jour. Et aussi l’amitié entre les personnes, la connaissance mutuelle, l’estime sont artisanales », a expliqué le pape François, tout en soulignant que même en matière de religion, il n’était pas un « prosélyte ».

Passe d'armes entre Donald Trump et le pape François

Donald Trump doit se rendre au Vatican dans le cadre de son premier voyage à l’étranger comme président, qui doit le mener d’abord en Arabie Saoudite et en Israël, puis à Bruxelles et à nouveau en Italie pour le sommet du G7 à Taormina (Sicile). Interrogé sur Donald Trump en février 2016, quand ce dernier était candidat à la primaire républicaine, le pape avait pourtant assuré : « Une personne qui veut construire des murs et non des ponts n’est pas chrétienne. ». Cette déclaration avait alors provoqué une réaction courroucée du magnat de l’immobilier, qui avait jugé « honteux » qu’un responsable religieux « mette en doute la foi d’une personne. »

Lors de la prestation de serment de Donald Trump, le 20 janvier, le pape avait prié pour que ses décisions soient « guidées par les riches valeurs spirituelles et éthiques » du peuple américain, avec une « préoccupation pour les pauvres et les exclus. »