Europe: Hôpitaux britanniques et entreprises espagnoles cibles de cyberattaques

SECURITE Des rendez-vous ont été annulés et tous les ordinateurs ont été éteints dans les hôpitaux publics britanniques ciblés…

20 Minutes avec AFP

— 

Le 12 mai, les serveurs des hôpitaux publics britanniques ont été attaqués par un virus, provoquant une belle pagaille dans les établissements de santé.

Le 12 mai, les serveurs des hôpitaux publics britanniques ont été attaqués par un virus, provoquant une belle pagaille dans les établissements de santé. — Daniel LEAL-OLIVAS / AFP

  • Un virus a attaqué le service public de santé britannique, affectant le fonctionnement des hôpitaux.
  • Des rendez-vous ont été annulés et les connexions au réseau ont été déconseillées.
  • Un piratage similaire a eu lieu en Espagne ce vendredi.

Une attaque informatique «de portée mondiale» et qualifiée d'«incident majeur» par le service public de santé britannique (NHS) a bloqué les ordinateurs de nombreux hôpitaux du pays, une atteinte similaire ayant frappé de grandes entreprises espagnoles dont Telefonica.

Plusieurs organisations duservice public de santé britannique (NHS), dont des hôpitaux, ont fait l’objet d’attaques informatiques ce vendredi, les obligeant à annuler des rendez-vous, a annoncé le NHS. Dans un communiqué, les services de santé britanniques expliquent avoir été touchés par un virus informatique. « Un certain nombre d’organisations ont rapporté avoir été affectées par des attaques informatiques ». Le NHS souligne que « l’enquête en est à son début » mais que le virus concerné serait Wanna Decryptor.

Ce virus crypte les données contenues sur un ordinateur, afin d’exiger de son propriétaire une rançon en échange d’une clé de décodage. « A ce stade, nous n’avons pas d’élément permettant de penser qu’il y a eu accès à des données de patients » a précisé le NHS.

Ordinateurs et WiFi éteints

Cette attaque n’était « pas spécifiquement dirigée contre le NHS et touche d’autres secteurs », a ajouté le NHS, sans donner de précision. « On nous a dit d’éteindre tous nos ordinateurs, et le wifi de nos téléphones. Aucun ordinateur ne fonctionne actuellement », ont déclaré à une journaliste de l’AFP deux employées de l’hôpital St Bartholomew, à Londres, sous couvert d’anonymat.

Caroline Brennan, une Britannique de 41 ans est, elle, venue dans cet hôpital du cœur de la City pour rendre visite à son frère qui a subi une opération à cœur ouvert. « Nous sommes arrivés à midi et ils nous ont dit qu’il était toujours en chirurgie même s’il devait normalement en être sorti depuis 8 heures du matin », a-t-elle expliqué. « Puis à 13 heures, ils nous ont dit pour la première fois qu’il y avait un problème, que le système informatique était en panne et qu’ils ne pouvaient transférer personne tant que les ordinateurs ne marchaient pas », a-t-elle ajouté. « Le problème pour nous c’est que nous n’avons su seulement il y a quelques minutes que mon frère était vivant et que ça allait », a-t-elle regretté après des heures d’inquiétude.

>> A lire aussi : Virus Locky. Le jour où leur ordinateur leur a demandé une rançon

En Espagne aussi...

Plusieurs autres services hospitaliers à travers l’Angleterre ont fait état de problèmes avec leurs services informatiques. Un porte-parole du Barts Health NHS Trust, à Londres, a expliqué avoir été dans l’obligation d’annuler des rendez-vous et a appelé les patients à se rendre « dans d’autres services du NHS », sur Twitter. « Nous avons activé notre plan d’incident majeur pour nous assurer que nous pouvons maintenir la sécurité et le bien-être de nos patients », a-t-il expliqué.

« Nous sommes désolés de devoir annuler des rendez-vous de routine et demandons au public d’utiliser autant que possible d’autres services du NHS », a-t-il ajouté, soulignant que « les ambulances sont redirigées vers des hôpitaux voisins ». Un peu plus tôt dans l’après-midi, le géant des télécoms espagnol Telefonica et plusieurs autres entreprises espagnoles ont annoncé avoir été victimes d’une cyberattaque.