Donald Trump invite le président philippin Duterte pour parler drogues et crise nord-coréenne

DIPLOMATIE L'invitation a été acceptée par le président philippin, mais on ne connaît pas encore la date de cette rencontre...

20 Minutes avec AFP

— 

Donald J. Trump Président des Etats-Unis le 29 avril 2017 devant la Maison Blanche.

Donald J. Trump Président des Etats-Unis le 29 avril 2017 devant la Maison Blanche. — SIPA

  • Les relations entre les Etats-Unis et les Philippines se sont refroidies depuis l'élection du président «socialiste» Duterte
  • Rodrigo Duterte a déclenché aux Philippines une guerre contre la drogue qui a fait des milliers de morts
  •  

Drogues et l’épineuse question de la Corée du Nord au menu des discussions. Le président Donald Trump a invité samedi son homologue philippin Rodrigo Duterte à se rendre à Washington, lors d’une conversation téléphonique dans laquelle ils ont notamment évoqué la crise nord-coréenne, a annoncé la Maison Blanche. « Cela a été une conversation très amicale au cours de laquelle les deux dirigeants ont discuté des préoccupations de l’Association des nations d’Asie du sud-est (Asean) dans le domaine de la sécurité régionale, en particulier de la menace posée par la Corée du Nord », a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué.

Sur le plan bilatéral, les relations entre Manille et Washington se sont détériorées depuis l’arrivée au pouvoir fin juin de Rodrigo Duterte, qui se dit « socialiste » et qui a réorienté vers Pékin et Moscou la diplomatie de l’archipel.

>> A lire aussi: Cent jours de Trump à la Maison Blanche: Etre président, «ce n’est pas si facile»

Une sanglante guerre contre la drogue

La Corée du Nord a procédé samedi à un tir de missile balistique, tir qui a échoué mais a suscité de nombreuses condamnations internationales. Les Etats-Unis venaient de lancer à l’ONU un appel solennel à contrecarrer la « menace nucléaire » de Pyongyang par un renforcement des sanctions internationales.

MM. Trump et Duterte ont aussi « discuté du fait que le gouvernement philippin lutte très fortement pour débarrasser son pays de la drogue, un fléau qui affecte de nombreux pays à travers le monde », poursuit le communiqué de la Maison Blanche. Rodrigo Duterte a essuyé les critiques de nombreuses capitales étrangères pour la sanglante guerre qu’il a déclenchée contre le trafic de stupéfiants dans l’archipel.

Rodrigo Duterte a déclenché aux Philippines une guerre contre la drogue qui a fait des milliers de morts et dont la violence est critiquée par Amnesty International et d’autres groupes de défense des droits de l’homme. Le président philippin a réclamé samedi aux dirigeants de l’Asean, réunis à Manille, une réponse unitaire pour lutter contre le trafic de drogue, afin de le détruire « avant qu’il ne détruise nos sociétés ».

Le porte-parole de Rodrigo Duterte, Ernesto Abella, a confirmé l’invitation adressée par Donald Trump, sans dire quand une telle visite pourrait intervenir. Donald Trump « a apprécié la conversation » qu’il a eue avec Rodrigo Duterte et se réjouit d’assister au sommet Etats-Unis-Asean et au sommet de l’Asie orientale aux Philippines en novembre, a indiqué de son côté la présidence américaine. Le vice-président Mike Pence avait annoncé en avril que Donald Trump participerait à ces sommets pour manifester l'« engagement inébranlable » des Etats-Unis dans la région.

Ancienne colonie américaine, les Philippines ont des relations culturelles et économiques très fortes avec les Etats-Unis. Les deux pays sont aussi liés par un traité de défense mutuelle et les forces américaines assistent depuis des années les Philippins dans diverses tâches liées à la sécurité de l’archipel.