Etats-Unis: Un détenu privé d'eau meurt de déshydratation, une enquête en cours

ENQUETE Les gardiens auraient coupé pendant sept jours l’arrivée d’eau de la cellule de Terrill Thomas, un prisonnier atteint de troubles mentaux, pour le punir de son agitation…

20 Minutes avec agences

— 

Illustration prison américaine

Illustration prison américaine — Eric Risberg/AP/SIPA

Terrill Thomas, un détenu de 38 ans souffrant de troubles mentaux, est mort de déshydratation le 24 avril 2016 à la maison d’arrêt du shérif du comté de Milwaukee (Etats-Unis) après avoir été privé d’eau pendant sept jours par le personnel pénitentiaire.

Les arrivées d’eau alimentant les toilettes et le lavabo de la cellule du détenu avaient en effet été coupées pour punir ce dernier de son comportement agité.

Des audiences cette semaine

D’après les audiences qui se sont tenues ce lundi et ce mardi devant un tribunal de Milwaukee, la victime aurait perdu 16 kilos suite à ce traitement et aurait supplié qu’on lui apporte de l’eau pendant plusieurs jours avant de mourir sur le sol de sa cellule dépourvue de matelas.

C’est également ce qu’a raconté le Milwaukee Journal Sentinel, qui a publié un reportage sur la mort de Terrill Thomas, incarcéré et placé à l’isolement pour avoir tiré des coups de feu sur la voie publique et dans un casino, faisant un blessé grave.

>> A lire aussi : Lille: Accusé de non assistance après la mort d'un détenu, un surveillant de prison relaxé

Le shérif de Milwaukee en difficulté

Après le décès du prisonnier, le médecin en chef du comté de Milwaukee avait conclu que sa mort relevait de l’homicide. Le jury d’enquête convoqué par le procureur local doit désormais déterminer si des infractions nécessitant des inculpations sont à l’origine des faits présumés.

La situation place sur la sellette le shérif de Milwaukee, David Clarke Jr, à la tête des services pénitentiaires du comté. Cet Afro-Américain, soutien controversé et ultra-conservateur de Donald Trump lors de la campagne électorale américaine, aurait d’ailleurs manifesté une vive colère contre le médecin ayant conclu à un homicide. David Clarke Jr serait même allé jusqu’à le menacer.