Réchauffement climatique: La fonte rapide d'un glacier assèche une rivière canadienne

PLANETE Les eaux du glacier alimentent désormais une autre rivière...

20 Minutes avec agences

— 

Illustration: glacier au soleil en Islande, décembre 2014.

Illustration: glacier au soleil en Islande, décembre 2014. — Dave Stevenson/REX/REX/SIPA

Les scientifiques parlent d’un premier phénomène de « rivière piratée ». Dans le territoire du Yukon (Canada), la fonte rapide d’un glacier, provoquée par le réchauffement climatique, aurait entraîné une redirection des eaux et l’assèchement d’une rivière.

Tel est le constat formulé par une étude publiée dans Nature Geoscience. En août 2016, une équipe de scientifiques dirigée par le géographe canadien Daniel Shugar de l’université de Washington s’était rendue sur place pour étudier les courants de la rivière Slims. Mais ils avaient découvert qu’elle était totalement asséchée.

Une fonte en quatre jours

La raison ? La rivière tirait auparavant sa source du glacier Kaskawulsh, dont les eaux alimentaient en aval le lac Kluane, puis le fleuve Yukon, avant de se jeter dans la mer de Béring.

Mais en mai 2016, le glacier a fondu en quatre jours et modifié le ruissellement des eaux. Désormais, elles alimentent la rivière Kaskawulsh, puis le fleuve Alsek qui se jette dans l’océan Pacifique, à quelque 1.300 kilomètres de sa destination initiale.

>> A lire aussi : Fonte des glaciers: Le nombre d'ours polaires aura chuté de 30 % vers 2050

Un phénomène qualifié d’inédit

Résultat : l’avenir du lac Kluane, qui n’est plus alimenté, est « incertain », selon Gerard Roe, professeur à l’Université de Washington à Seattle et co-auteur de l’étude. Son niveau a déjà commencé à baisser, tandis que le lit de la rivière Alsek est 60 à 70 fois plus grand qu’à l’accoutumée. Ce phénomène de capture est qualifié d’inédit par les scientifiques, puisqu’il prend habituellement plusieurs années.

D’après le spécialiste, avec le réchauffement de la planète, « l’habitat naturel est altéré » et conduit à des changements « dramatiques » avec des modifications dans la chimie et la biologie des eaux concernées. Mais selon l’étude, les bassins des rivières Slims et Kaskawulsh devraient s’adapter.

>> A lire aussi : Groenland: Deux longues failles répérées sur le glacier Petermann inquiètent les scientifiques

« Le futur bassin de la rivière Kaskawulsh s’étendra vers les cours d’eau maintenant abandonnés de la rivière Slims et finira éventuellement par drainer le réseau du lac Kluane », concluent les scientifiques.