Turquie: Erdogan évoque un possible référendum sur l'adhésion à l'UE

EUROPE Le président turc entretient des relations tendues avec l'Union européenne...

avec AFP

— 

Le président Recep Tayyip Erdogan célèbre la victoire du "oui" au référendum.

Le président Recep Tayyip Erdogan célèbre la victoire du "oui" au référendum. — Lefteris Pitarakis/AP/SIPA

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a évoqué lundi l'organisation d'un référendum pour décider ou non de poursuivre les négociations d'adhésion à l'Union européenne, au lendemain de sa victoire à une consultation populaire sur le renforcement de ses pouvoirs.

« Ils nous font attendre à la porte de l'Union européenne depuis 54 ans, n'est-ce pas ? (...) Nous pourrons aller au-devant de notre peuple, et nous obéirons à sa décision », a lancé le président lors d'un discours virulent au palais présidentiel à Ankara, sans avancer de date pour une éventuelle initiative de ce type.

>> Lire aussi : L'Autriche veut stopper les négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE

La ligne rouge de la peine de mort

Les relations entre Ankara et l'UE se sont fortement tendues ces derniers mois, le président turc accusant certains dirigeants européens d'avoir recours à des « pratiques nazies » après l'annulation de meetings pro-Erdogan, notamment en Allemagne et aux Pays-Bas. « L'Union européenne menace de geler les négociations. A vrai dire, ce n'est pas très important pour nous. Qu'ils nous communiquent leur décision ! », a lancé M. Erdogan.

>> Lire aussi : Les observateurs internationaux contestent l’équité de la campagne

Les négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE sont au point mort depuis plusieurs années, et les tensions actuelles rendent improbable une reprise à court terme. Pendant la campagne pour le référendum sur le renforcement de ses pouvoirs, Recep Erdogan a affirmé à plusieurs reprises qu'il approuverait le rétablissement de la peine de mort, se disant prêt à tenir une autre consultation populaire sur la question. Une telle initiative « constituerait évidemment une rupture avec ces valeurs (européennes) et ces engagements », a mis en garde la présidence française lundi.