Barack Obama quitte la Polynésie après un mois de séjour

PEOPLITIQUE Le couple Obama était en congés avec Bruce Springsteen, Tom Hanks et Oprah Winfrey...

B.D. avec AFP

— 

L'ancien président américain Barack Obama et sa femme, Michelle Obama, à Washington, le 5 mars 2017.

L'ancien président américain Barack Obama et sa femme, Michelle Obama, à Washington, le 5 mars 2017. — Jose Luis Magana/AP/SIPA

Voilà, c'est fini. L'ex-président américain Barack Obama a quitté Tahiti vendredi après un séjour d'un mois en Polynésie française. Trois jet privés attendaient Barack et Michelle Obama, mais aussi Bruce Springsteen, Tom Hanks et Oprah Winfrey, à l'aéroport de Tahiti-Faa'a.

Ces célébrités sont arrivées vendredi matin dans le lagon de Tahiti, à bord du Rising Sun. Sur le pont de ce yacht de luxe de 138 mètres, Barack Obama a photographié son épouse Michelle. Oprah Winfrey a ensuite pris une photo romantique du couple, avec l'île de Moorea en arrière-plan.

Trois semaines loin de la pression médiatique

Barack Obama était arrivé le 15 mars à Tahiti, où il n'avait passé que quelques minutes avant de s'envoler pour le très discret atoll de Tetiaroa, qui abrite l'éco-hôtel de luxe The Brando, où de nombreuses stars, comme Leonardo Di Caprio, ont leurs habitudes. L'ancien président y a passé trois semaines loin de la pression médiatique. Il a pu se consacrer à l'écriture de ses mémoires, mais aussi à des découvertes sportives et scientifiques, l'atoll abritant une station de recherches.

Lorsque Michelle Obama a rejoint son mari en Polynésie la semaine dernière, le couple a profité du lagon de Moorea, avant de visiter l'archipel des Îles-sous-le-Vent à l'Ouest de Tahiti.

Discrétion

Le couple Obama et ses célèbres amis ont ainsi été aperçus à Huahine, Tahaa, Raiatea et Bora Bora ces derniers jours. Ils étaient toujours entourés de gardes du corps, ce qui n'a pas empêché Barack Obama de discuter avec les gens qu'il rencontrait, «presque comme un touriste», témoigne un Polynésien. Seules consignes des services de sécurité : ne pas en parler et ne pas diffuser de photographies.

Selon les Polynésiens qu'il a rencontrés, l'ancien président a particulièrement apprécié la discrétion de la population locale, et a dit qu'il comptait revenir.