Maroc: Condamné à de la prison ferme pour avoir tenté de se jeter sur la voiture du roi

JUSTICE Des membres de la garde royale, aidés par des motards escortant le véhicule du roi, s’étaient empressés de stopper le jeune homme et de le plaquer au sol…

20 Minutes avec AFP

— 

Le roi du Maroc Mohammed VI à Prague, en République tchèque, le 21 mars 2016.

Le roi du Maroc Mohammed VI à Prague, en République tchèque, le 21 mars 2016. — Michal Dolezal/AP/SIPA

Il avait tenté de se jeter sur la voiture du roi Mohammed VI. Un homme âgé d’une vingtaine d’années a été condamné à trois ans de prison ferme, a indiqué lundi la presse marocaine.

Une vidéo mise en ligne le 23 mars sur les réseaux sociaux montrait un jeune homme courant vers le cortège de Mohammed VI dans une avenue de Rabat, lors de la visite officielle au Maroc du roi Abdallah II de Jordanie.

Il voulait « remettre au roi une lettre de doléances »

Des membres de la garde royale, aidés par des motards escortant le véhicule du roi, s’étaient empressés de stopper le jeune homme et de le plaquer au sol.

Selon la presse marocaine, le jeune homme voulait « remettre au roi une lettre de doléances ».

>> A lire aussi : Le roi remplace le Premier ministre islamiste

Poursuivi pour « entrave au cortège royal, menace d’atteinte à la vie d’autrui et atteinte à l’ordre public », l’homme âgé de 25 ans a été condamné par le tribunal de Rabat à trois ans de prison ferme, a rapporté le quotidien Akhbar Al Yaoum.

Des incidents similaires ces derniers mois

Contacté par l’AFP, le tribunal de Rabat n’était pas disponible pour confirmer ces informations ce lundi.

Plusieurs vidéos montrant des incidents similaires – personnes courant vers le cortège royal en espérant faire passer des demandes au souverain marocain – ont été diffusées sur les réseaux sociaux ces derniers mois.

>> A lire aussi : La star marocaine Saad Lamjarred à nouveau entendue pour une affaire de viol

En juillet, le ministère de l’Intérieur avait mis en garde sur le « danger d’entraver la circulation et le passage du cortège royal sur la voie publique dans une tentative de bénéficier de certains avantages ». Six mois plus tard, le ministère avait précisé que « les services de sécurité accompagnant le cortège royal ne recevront aucune demande présentée de la sorte ».

Mots-clés :