« Nous ne disposons pas de preuves que ces cas soient liés à la traite des êtres humains (…) Tous les faits recensés en 2017 sont des enfants qui ont fui leur domicile. » Interrogée la semaine dernière sur MSNBC, la maire de Washington, Muriel Bowser, a tenu à rassurer après la naissance d’une folle rumeur sur fond de tensions raciales.

Tout est parti de la diffusion sur les réseaux sociaux, par la police de la ville, des photos de jeunes disparus. Des avis de recherche ont été mis en ligne sur Twitter autour de la deuxième semaine de mars.

Dérive vers le « fake news »

Ils concernaient principalement des adolescents et adolescentes, les jeunes filles pour la plupart noires américaines étant pour la plupart et souvent âgées de 13 à 15 ans. Pour chacune, est mentionné le dernier endroit où elle a été vue.

Si ces messages ont rapidement attiré l’attention sur la Toile et ont été repostés des centaines de milliers de fois, les choses ont cependant dérivé vers le « fake news » quand les échanges ont commencé à évoquer des enlèvements, la traite des êtres humains et un soi-disant silence volontaire des médias.

>> A lire aussi : «20 Minutes» s’allie à Facebook pour lutter contre les «fake news»

La fille de Martin Luther King réagit

« Quatorze filles noires ont disparu à DC [district de Columbia, autre nom de Washiongton] en 24 heures », a ainsi faussement annoncé un message publié sur Instagram, déclenchant un véritable emballement sur les réseaux sociaux autour des mots-clés #BringBackOurGirls (Ramenez nos filles), #missingDCgirls (les filles disparues de DC) ou #Findourgirls (Retrouvez nos filles).

Même Bernice King, la fille de Martin Luther King, a réagi sur Twitter, déclarant que « la traite des êtres humains et l’esclavage sexuel sont omniprésents. Ne présentez pas nos disparues de Washington comme des fugueuses afin d’éviter de les rechercher ».

Les autorités accusées de dissimuler un scandale

Plusieurs joueurs des Washington Wizards, l’équipe de basket-ball de la capitale fédérale, ont également repris sur leur compte Instagram la fausse information, lui offrant une formidable caisse de résonance. Ou encore Chris Paul, autre vedette de la NBA des Los Angeles Clippers, qui compte six millions d’abonnés sur Twitter.

Accusées de chercher à dissimuler un scandale ou de ne pas en faire assez, les autorités de Washington ont tenu vendredi une conférence de presse. Quant à Muriel Bowser, elle a promis de renforcer le nombre de policiers spécialisés dans la recherche des disparus.

Un coup de projecteur bienvenu, selon certains

Emballement infondé ou pas, certaines organisations comme le National Center for Missing & Exploited Children ont de leur côté salué un coup de projecteur bienvenu sur le problème des enfants disparus.

Reste qu’entre psychose et réalité, ces appels se sont propagés sur un terreau fertile : certains sont convaincus que la vie d'un homme ou d'une femme noire ne bénéficie pas de la même attention que celle d'un homme ou d'une femme blanche en Amérique, notamment quand la police est mise en cause.