Santé: Humiliation pour Trump, forcé de retirer le projet de loi faute de majorité

ETATS-UNIS Le président américain n'a pas réussi à rallier ses troupes...

Philippe Berry

— 

Donald Trump lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, le 16 février 2017.

Donald Trump lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, le 16 février 2017. — P.MARTINEZ/AP/SIPA

Ça commence à faire beaucoup de claques. Après les blocages de son décret anti-immigration, c’est une autre promesse emblématique de la campagne de Donald Trump qui vient de subir un gros contrecoup, vendredi : les républicains ont été forcés de retirer leur projet de loi qui visait à abroger la réforme de la santé signée par Obama en 2010, faute d’une majorité suffisante. Il s’agit d’une défaite majeure pour le président américain, qui s’était personnellement impliqué pour serrer les rangs.

« On est passé tout près », a réagi Donald Trump, selon qui il manquait entre « 10 et 15 voix ». Pourtant, les républicains ont une majorité d’une quarantaine d’élus à la Chambre des représentants, soit la plus importante depuis 1928. Mais selon Trump, les « différentes factions n’ont pas pu trouver un accord. On a beaucoup appris de cet épisode, notamment sur la loyauté », a-t-il glissé, d’un ton que n’aurait pas renié Frank Underwood dans House of Cards.

« Obamacare est la loi du pays »

Quelle est la prochaine étape ? Selon le président américain, « Obamacare va exploser, et ensuite, peut-être que les démocrates accepteront de négocier une réforme de la santé ». Mais dans l’immédiat, il compte se concentrer sur la réforme du système d’imposition.

Même son de cloche chez l’autre grand perdant de l’affaire, le Speaker de la Chambre, Paul Ryan, qui n’aura pas réussi à faire marcher ses troupes à la baguette. « Je ne vais pas vous mentir, c’est une grosse déception. Nous ne sommes pas passés loin, mais nous n’avions pas assez de voix ». Selon lui « Obamacare est la loi du pays et va le rester dans un futur proche ». « Je ne sais pas combien de temps il nous faudra pour la remplacer ».

« Une victoire pour tous les Américains », selon Clinton

Le refrain était évidemment très différent chez les démocrates. Au Congrès, Nancy Pelosi et Chuck Schumer ont fait la fête. Et selon Hillary Clinton, il s’agit « d’une victoire pour tous les Américains », surtout « ceux qui considèrent qu’une couverture santé abordable fait partie des droits de l’homme ».

 

Mots-clés :