En accusant l'Allemagne de «pratiques nazies», Erdogan a «dépassé une limite»

DIPLOMATIE Le ministre allemand des affaires étrangères a transmis le message à son homologue turc...

20 Minutes avec AFP

— 

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, le 12 mars 2017 à Istanbul, en Turquie.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, le 12 mars 2017 à Istanbul, en Turquie. — OZAN KOSE / AFP

L'Allemagne n'entend pas se faire insulter sans réagir, au moins de manière diplomatique. La semaine dernière, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait directement attaqué Angela Merkel, l'accusant de « pratiques nazies ». L'Allemagne venait alors d'interdire plusieurs meeting électoraux en faveur du oui au référendum turc du 16 avril sur l'extension des pouvoirs du président.

>> Lire aussi : Après les meetings annulés en Allemagne: Erdogan évoque des «pratiques nazies»

Ce dimanche, Sigmar Gabriel, chef de la diplomatie allemande, a voulu afficher sa fermeté. « Nous sommes tolérants mais nous ne sommes pas des imbéciles », a-t-il expliqué au quotidien allemand Passauer Neue Presse à paraître lundi. « C'est la raison pour laquelle j'ai fait savoir très clairement à mon homologue turc (Mevlut Cavusoglu, ndlr) qu'une limite avait été ici franchie » suite aux propos «choquants» du président turc. 

Tension sur la cause kurde

Cette réaction n'est pas la première dans la classe politique allemande. Martin Schulz, futur rival social-démocrate d'Angela Merkel aux prochaines élections, a jugé les propos d'Erdogan "indignes d'un chef d'Etat", estimant même que "la Turquie est en train d'évoluer vers un Etat autoritaire". 

Et la tension ne semble pas prête de retomber. La Turquie a annoncé dimanche avoir convoqué l'ambassadeur d'Allemagne pour protester contre la tenue la veille à Francfort d'une manifestation de Kurdes lors de laquelle ont été brandis des drapeaux du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), interdit, et ont été lancés des appels à voter non au référendum du 16 avril.

>> Lire aussi : Quelles conséquences à la crise profonde entre la Turquie et l'Europe?