Le Dakar passera bien par la Mauritanie, mais pas les touristes

RALLYE Pour les organisateurs, les conditions de sécurité sont réunies...

B. B. (avec agence)

— 

L'attaque, qualifiée d'"odieuse" par le Premier ministre mauritanien Zeine Ould Zeidane, est survenue moins de dix jours avant le départ du rallye-raid Dakar-2008, qui prévoit huit étapes en Mauritanie.

L'attaque, qualifiée d'"odieuse" par le Premier ministre mauritanien Zeine Ould Zeidane, est survenue moins de dix jours avant le départ du rallye-raid Dakar-2008, qui prévoit huit étapes en Mauritanie. — Damien Meyer AFP/Archives

Les principaux tour-opérateurs français spécialisés dans le tourisme d'aventure, Voyageurs du Monde, Allibert et Club Aventure, ont décidé de suspendre leurs circuits dans le désert mauritanien, après des attaques terroristes, ont-ils indiqué samedi à l'AFP.

Une attaque dans le sud-est de la Mauritanie, près d'Aleg, avait coûté la vie lundi à quatre touristes français.


La décision des tour-opérateurs coïncide avec un avis défavorable émis par le Quai d'Orsay, qui a revu vendredi soir sa position sur la Mauritanie et a décidé de déconseiller aux touristes de s'y rendre actuellement.

Le Dakar maintient son programme

Le Dakar en revanche ne changera pas son programme. Les organisateurs du rallye-raid ont décidé de maintenir les étapes mauritaniennes de l'épreuve, prévues du 11 au 19 janvier, a annoncé à l'AFP le patron de l'épreuve Etienne Lavigne, qui a estimé que «les conditions de sécurité sont réunies».

Les organisateurs de la course, qui sont depuis jeudi à Nouakchott, ont donc estimés que les meurtres de quatre Français lundi en Mauritanie et de trois soldats jeudi n'étaient que des actes isolés.

Plus tôt dans la journée de vendredi, le gouvernement mauritanien a proposé de mettre à contribution 2.000 militaires et autant d'agents sans uniformes pour assurer la sécurité du rallye-raid.

Deux étapes avaient été annulées en 2007

«Il n'y a aucune crainte, toutes les dispositions sont prises: 2.000 hommes (des militaires) et autant sans uniforme seront mobilisés pour assurer la sécurité» de la compétition, a affirmé le ministre de l'Intérieur mauritanien au cours d'une conférence de presse au sortir d'une réunion avec les organisateurs du rallye.

En 2007, des menaces des islamistes du Groupe salafiste pour la prédication et le combat avaient conduit à l’annulation de deux étapes entre Néma, au sud de la Mauritanie, et Tombouctou au Mali.

Selon vous, faut-il arrêter le Dakar ? Donnez-votre avis ci-dessous.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.