Donald Trump devant la Maison Blanche, le 15 mars 2017.
Donald Trump devant la Maison Blanche, le 15 mars 2017. - Greg E. Mathieson Sr./REX/Shutterstock

On savait Donald Trump peu sensible à la question du réchauffement climatique. C’est désormais acté dans son premier budget, détaillé en milieu de journée devant le Congrès américain.

Le président des Etats-Unis Donald Trump propose une baisse spectaculaire de 31 % des fonds alloués à l’Agence de protection de l’environnement, en pointe dans la lutte contre le changement climatique. Son budget est ainsi amputé de 2,6 milliards de dollars, grâce à la suppression de quelque 3.200 postes, soit environ un cinquième de la totalité des employés.

Le président a aussi préconisé de supprimer le financement d’un programme de l’ONU lié à la lutte contre le changement climatique. C’est le Fonds vert de l’ONU pour le climat (Green Climate Fund), qui est particulièrement visé.

Un budget pour le mur frontalier

Ce budget n’a que très peu de chance d’être adopté en l’état par le Congrès mais décline en chiffres le programme du nouveau président des Etats-Unis qui se résume en un slogan : « l’Amérique d’abord ». Conformément à ses promesses de campagne, Donald Trump a prévu une hausse de 54 milliards de dollars pour la défense (près de 10 %) et la sécurisation de la frontière avec le Mexique.

Le fameux mur frontalier entre les deux pays est également mentionné. « En ces temps dangereux, ce budget de sécurité nationale est un message au monde, un message sur la force et la détermination de l’Amérique », indique Donald Trump en introduction de ce document d’un peu plus de 50 pages.

A 3,3 % du produit intérieur brut (PIB), soit près de 600 milliards de dollars, les dépenses militaires américaines restent à ce jour, de loin, les plus importantes du monde : elles sont près de trois fois supérieures à celles de la Chine, deuxième puissance militaire mondiale.

En revanche, le budget des centres nationaux de santé, la plus grosse institution gouvernementale en charge de la recherche médicale, subirait une baisse de 5,8 milliards de dollars.

Mots-clés :