VIDEO. Pays-Bas: Le Premier ministre sortant Mark Rutte salue une victoire «contre le populisme»

PAYS-BAS La victoire des libéraux face au parti d'extrême-droite de Geert Wilders a provoqué le soulagement à travers l'Europe...

M.C. avec AFP

— 

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, le 15 mars 2017.

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, le 15 mars 2017. — Patrick Post/AP/SIPA

Tout sourire, devant une salle bondée à La Haye, Mark Rutte savoure sa victoire. « Après le Brexit et après les élections aux Etats-Unis, les Pays-Bas ont dit stop au populisme de mauvais aloi », lance le Premier ministre libéral néerlandais, qui semblait avoir facilement battu son rival d’extrême droite Geert Wilders mercredi aux législatives, au grand soulagement de l’Europe.

>> A lire aussi : Comment la crise avec la Turquie pèse sur le scrutin

Selon des résultats temporaires compilés par l'agence de presse néerlandaise ANP, sur la base de 54,8% des voix, le VVD de Mark Rutte remporterait 32 sièges sur les 150 de la chambre basse du parlement néerlandais. Une perte de 9 sièges certes par rapport aux dernières élections en 2012, mais une nette avance cependant sur le PVV de Wilders, qui n'aurait lui gagné que quatre sièges de députés, avec 19 élus.

Soulagement à travers l’Europe

Ces résultats ont provoqué un véritable soulagement à travers le vieux continent, François Hollande saluant ainsi « une nette victoire contre l’extrémisme ». « Les valeurs d’ouverture, de respect de l’autre et de foi en l’avenir de l’Europe sont la seule véritable réponse aux pulsions nationalistes et de repli sur soi qui secouent le monde », a conclu le président français.

« Félicitations aux Néerlandais d’avoir enrayé la montée de l’extrême droite », a ainsi tweeté le chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a lui salué « un vote pour l’Europe, contre les extrémistes ».

« La chancelière (Angela) Merkel a félicité par téléphone Mark Rutte », a indiqué sur son compte Twitter le porte-parole de la dirigeante allemande, Steffen Seibert. ««Je me réjouis de poursuivre une bonne collaboration en tant qu’amis, voisins, Européens »», a indiqué la chancelière, citée dans ce Tweet.

« Les gens sont globalement restés du côté des hommes politiques raisonnables »

Après le Brexit au Royaume-Uni et la victoire de Donald Trump à la présidentielle américaine, tous les yeux étaient braqués sur la formation de Geert Wilders, dont le score était attendu comme un baromètre de la montée du populisme en Europe, à moins de 40 jours de la présidentielle française et avant les législatives allemandes de l’automne.

>> A lire aussi : Mi-Trump, mi-Le Pen, qui est Geert Wilders, le candidat populiste anti-islam?

« Electeurs du PVV, merci ! Nous avons gagné des sièges ! Le premier succès est acquis ! », a cependant tweeté le leader du PVV, qui n’avait remporté que 15 sièges sur les 150 de la chambre basse du parlement aux dernières élections : « Rutte n’est pas encore débarrassé de moi ! », a insisté le député.

« Le PVV (de Geert Wilders) n’est pas une force révolutionnaire version Trump », a commenté Geerten Waling, chercheur en histoire politique à l’université de Leiden. « Et même si le résultat (du PVV) n’est pas minime, les gens sont globalement restés du côté des hommes politiques raisonnables ».