Mevlut Cavusoglu (au centre) propose des pâtisseries aux journalistes, mercredi 8 mars, à Berlin.
Mevlut Cavusoglu (au centre) propose des pâtisseries aux journalistes, mercredi 8 mars, à Berlin. - Michael Sohn/AP/SIPA

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu est arrivé samedi soir à Metz après avoir été empêché samedi de se rendre aux Pays-Bas, point d’orgue d’une crise diplomatique entre La Haye et Ankara provoquée par l’organisation de meetings pro-Erdogan en Europe.

La venue du ministre turc « est confirmée », avait indiqué Alain Carton, secrétaire général de la préfecture de Moselle. Mevlut Cavusoglu doit tenir un meeting dimanche dans une salle du centre des congrès de Metz, à l’invitation d’une association turque locale. Une source diplomatique française a confirmé que « le ministère des Affaires étrangères a été informé » de sa venue, soulignant « le fait que le ministre turc puisse tenir son meeting tient (…) de la liberté de réunion ».

Un « vestige » du nazisme pour Erdogan

Samedi en fin de matinée, les Pays-Bas, en pleine campagne électorale, avaient annoncé qu’ils « retiraient les droits d’atterrissage » de l’avion qui aurait dû conduire le ministre turc sur leur sol. Ce dernier devait assister à un meeting organisé pour la communauté turque à Rotterdam dans le cadre de la campagne du référendum prévu en Turquie le 16 avril sur le renforcement des pouvoirs présidentiels.

Dans la nuit, la ministre turque de la Famille, Fatma Betül Sayan Kaya, arrivée elle à Rotterdam par la route depuis l’Allemagne, était « en cours d’expulsion », a déclaré le maire de la ville.

>> A lire aussi : Erdogan évoque des «pratiques nazies» après des meetings turcs annulés en Allemagne

L’annonce de La Haye samedi d’empêcher le vol du ministre turc avait aussitôt suscité l’ire du président Recep Tayyip Erdogan, qui a dénoncé là des « vestiges du nazisme ». Des propos qualifiés de « fous » et « déplacés » par le Premier ministre néerlandais Mark Rutte et dénoncés par le maire de Rotterdam.

Ankara bloque l’accès à l’ambassade des Pays-Bas

Quelques heures après, Ankara a annoncé avoir bloqué les accès à l’ambassade des Pays-Bas à Ankara et au consulat du royaume à Istanbul pour « raisons de sécurité ». « Les résidences du chargé d’affaires de l’ambassade et du consul sont soumises au même traitement », ont précisé des responsables du ministère turc des Affaires étrangères s’exprimant sous le couvert de l’anonymat.

A Istanbul, un millier de personnes environ se sont rassemblées devant le consulat des Pays-Bas, scandant des slogans en soutien au président Erdogan. Selon des images de la chaîne NTV, des manifestants ont jeté des œufs et des oranges sur l’ambassade néerlandaise à Ankara.

Mots-clés :