Donald Trump a prononcé son discours de politique générale face au Congrès le 28 février
Donald Trump a prononcé son discours de politique générale face au Congrès le 28 février - BRENDAN SMIALOWSKI / AFP

Il a surpris beaucoup de monde. Donald Trump a prononcé mardi soir son discours de politique générale devant le Congrès, et saisi cette occasion solennelle pour  endosser enfin le costume présidentiel après un premier mois chaotique au pouvoir. Le président américain a réussi à convaincre les observateurs par la qualité de son discours, et la nuance dont il a fait preuve, chose assez rare.

François Durpaire, spécialiste des Etats-Unis, a décrypté ce discours et répond aux questions de 20 Minutes.

Ce discours marque-t-il un changement dans la présidence de Donald Trump ?

C’est un tournant. C’est le premier discours présidentiel attendu du président Donald Trump. Il est apparu optimiste, ce qui est, il est vrai, commun à tous les présidents américains. Donald Trump était le candidat de l’apocalypse. Lors de son investiture, il avait parlé de véritable «carnage américain». Aujourd’hui, on est passé au rêve américain. Il a également prôné l'unité, en utilisant le champ lexical de la coalition, du bien commun, ce qui n’est pas très « trumpiste ». Il a notamment rendu hommage aux « célébrations du mois de l’Histoire des Noirs » aux États-Unis qui s’achevaient mardi. Enfin, il a tenu un discours maîtrisé, chose assez rare. Il ne s’est pas éloigné de son prompteur, lui qui d’habitude fait des digressions. C’est un Trump nouveau, enfin !

Comment expliquer ce changement ?

Habituellement, il fait face à des ultra-détracteurs ou des ultra-fans. Jusqu’ici, il était à l’aise tout le temps, face à ces deux types de public. Cette fois-ci, son auditoire était différent en deux points. Les membres du Congrès n’étaient ni foncièrement contre, ni foncièrement pour Trump. Il a donc dû tenir un discours policé face à cet auditoire. Il a besoin d’eux pour passer de candidat à président, pour voter les lois. Sans ça, sa présidence se serait arrêtée au bout de 40 jours.

Ce discours a donc changé dans la forme. Mais a-t-il également changé sur le fond ?

Il est différent dans le ton, mais identique sur le fond. Lors de son discours, il a coché toutes les promesses du candidat Trump, sur le remplacement de l’Obamacare ou sur l’immigration. D’après les indiscrétions de la Maison Blanche, des pages A3 sont placardées sur les murs de son bureau avec les objectifs du président qui « fera ce qu’il a dit ». Pourtant, selon un sondage à chaud réalisé par CNN, 78 % des spectateurs ont été convaincus par le discours de Donald Trump. Et parmi eux, il n’y avait pas que des Républicains.

Mots-clés :